Vital Kamerhe :« la révision constitutionnelle porte les germes de la balkanisation »

0
30

A peine de retour d’un séjour familial en Afrique du Sud, Vital KAMERHE a immédiatement mis le pied à l’étrier en tenant une conférence de presse avant-hier en sa résidence privée de Binza Météo. A tout seigneur tout honneur, le président national de l’Union pour la ation Congolaise a d’abord rendu un hommage pathétique» aux deux héros de la nation congolaise, à savoir feu Laurent KABILA et PatriceEmery LUMUMBA. Dans le premier, Vital KAMERHE reconnaît un patriote qui tenait à la souveraineté du pays et au bonheur de ses habitants et tous ceux qui ont choisi d’y vivre comme dans leur seconde patrie. Ceux qui ont assassiné Patrice Emery LUMUMBA se sont trompés car il continue à vivre à jamais à travers tous les Congolais et l’histoire de l’humanité.


La révision constitutionnelle : des germes de la balkanisation

       A la question de savoir pourquoi son parti à peine né combat la révision constitutionnelle, Vital KAMERHE s’est déclaré convaincu que cette démarche comporte des germes de la balkanisation pour laquelle les deux héros nationaux ont payé de leurs vies. La Constitution en vigueur est le fruit d’un consensus chèrement obtenu à l’issue d’âpres
négociations politiques entre le gouvernement de Kinshasa, les forces vives et les mouvements politico militaires appuyés par des Etats voisins de l’Est. Je suis bien placé pour tenir de tels propos car j’ai été au cœur de ces négociations politiques pour le compte du gouvernement de feu Laurent Désiré KABILA et de son successeur jusqu’à
la signature de l’accord de Sun City», a-t-il tenu à préciser. Nous combattons et continueront à combattre cette révision constitutionnelle pour défendre les valeurs de la démocratie, de la paix et de la cohésion nationale recouvrée à la suite d’un large consensus à l’issue de ces longues guerres nous imposées par l’étranger et qui visaient la balkanisation de cet Etat que Franz Fanon considérait comme la gâchette du revolver Afrique.»

       Selon les tout derniers rapports du Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD), l’économie du premier tour de la présidentielle telle que le préconise la famille politique se réclamant proche du chef de l’Etat n’avoisine que la somme des 25 millions des dollars Us. Cela pour dire, a ajouté le président national de l’UNC, que le problème est ailleurs. Pour avoir dirigé l’équipe de la campagne de Joseph KABILA au premier comme au second tour de l’élection présidentielle de 2006, « je peux affirmer sans
crainte d’être contredit que si cette élection s’était tenue en un seul tour, l’actuel locataire du Palais de la Nation aurait été considéré comme le président de l’Est où il avait réalisé le score sans appel de 99,9 % ». Voilà les germes de la balkanisation que les Etats voisins et leurs suppôts n’ont pas pu obtenir par les armes et que cette révision constitutionnelle cherche à leur offrir sur un plateau d’or. Avant de faire allusion à la formule de mort subite qui avait été introduite en football et qui après s’être révélée comme un danger terrible à l’égard de ses initiateurs a fini par être supprimée sans autre forme de procès. La FIFA est alors revenue au mode adapté à un jeu juste, honnête et équitable.

Pétitions à travers le pays pour une nouvelle révision

       Que faut-il faire dès lors que le vin est tiré ? Le président honoraire de la toute première Assemblée Nationale de la 3ème République s’est limité à ce stade des débats à émettre l’idée des pétitions que les vrais démocrates devront lancer à travers tout le territoire national en vue de récolter plus de cent mille signatures pour une nouvelle révision constitutionnelle afin de corriger celle qui comporte les germes de la balkanisation. En paraphrasant Charles de Gaule, Vital KAMERHE est d’avis que la nation congolaise a perdu
une bataille et non la guerre de la défense des valeurs démocratiques et de la cohésion nationale chèrement acquises. Rien n’est perdu et nous disposons d’autres stratégies dans nos manches, a-t-il affirmé la main sur le cœur, car les résultats de ces pétitions vont constituer la préfiguration des élections de 2011. Dans la mesure où les 9/10ème des congolais n’acceptent pas et n’accepteront jamais cette révision constitutionnelle basée sur des arguments mensongers et fallacieux. Ceux qui ont initié cette révision refusent de lire les signes du temps et ne veulent pas écouter le peuple souverain. Ont-ils saisi les leçons de l’histoire avec ce qui s’est passé au Niger et ce qui vient de se produire en Tunisie ? Ont-ils oublié que l’assassinat du tout Premier ministre de ce pays en 1961 est la conséquence de la violation de la Constitution ?

Un seul candidat de l’opposition contre Joseph KABILA

       Le pouvoir actuel espère l’emporter en se servant de divisions dans les forces de l’opposition ; comme à l’époque de Mobutu. Malheureusement pour lui, les mentalités ont évolué et le rapport des forces au niveau régional et international a changé, raison pour laquelle l’Union pour la Nation Congolaise propose un programme commun de gouvernement à l’opposition pour présenter un seul candidat solide et crédible face à Joseph KABILA. Après notre victoire, nous allons ramener la légalité et la volonté  du peuple telle que contenues dans la Constitution du 18 Mars 2006. Je profite de cette occasion pour féliciter les députés et sénateurs qui n’ont pas voté cette mascarade de révision. Ceux qui l’ont appuyée n’auront qu’à rendre compte à leur propre conscience. Néanmoins, je ne cesserai de déplorer un fait pénible et déshonorant. De mémoire de Congolais, l’on n’a jamais vu un président de l’assemblée nationale donner des injonctions au président du Sénat pour inscrire de nouveaux points à l’ordre du jour préalablement adopté par la plénière.

       Affaire Unikin

       «Je constate avec amertume que la mort est de plus en plus banalisée dans ce pays. Le bilan des évènements survenus sur la colline inspirée est lourd et ce que je condamne, c’est cette manie dont raffolent les éléments de la Police nationale pour tirer sur des manifestants pacifiques et particulièrement sur des étudiants aux mains nues. Ce
sont de mauvais signes pour le pouvoir en place. Voyez ce qui vient d’arriver en Tunisie où des gens ont été massacrés pour avoir protesté contre la confiscation des libertés publiques, le chômage et la mauvaise répartition du revenu national. Cette affaire de l’Unikin vient de s’ajouter à celle de feu Floribert CHEBEYA qui n’a pas encore dévoilé ses secrets mais qui dérange le pouvoir actuel».

Fidèle Musangu

LEAVE A REPLY

*