VIH/SIDA en RDC : une urgence ignorée : seulement 44.000 PVV sous traitement ARV !

0
317
1.272.150 personnes sont séropositives en RDC, alors que 350.000 seulement devraient bénéficier des antirétroviraux(ARV), seul traitement dont l’efficacité est prouvée pour améliorer significativement la qualité et durée de la vie des personnes vivants avec le VIH(PVV). Ces chiffres livrés par le Programme National Multisectoriel de Lutte contre le Sida(PNMLS) en 2011 montrent que la situation du sida est de plus en plus alarmante dans notre pays. Impliquée dans la lutte contre le VIH/sida, « Médecins Sans Frontières »(MSF), association privée à vocation internationale, a lancé en début d’année 2012 une campagne de communication sur cette crise humanitaire que connait la RDC. 
A mi-parcours de cette campagne, MSF explique qu’actuellement seulement 44.000 patients sur 350.000 sont effectivement sous traitement, ce qui représente un taux de couverture en ARV de 14%. « Ce taux de couverture est parmi les plus bas du monde et plus de 300.000 personnes sont en besoin urgent d’ARV en RDC » signale-t-on. 
 
A en croire, Thierry Dethier, conseiller en analyse et plaidoyer à MSF-OCB en RDC, cette situation est extraordinaire, voire unique, quand on sait que plus d’un million de personnes y vivent avec le VIH. « Notre staff rencontre d’ailleurs beaucoup de patients en rupture de traitement ainsi que des cas graves que nous retrouvons de moins en moins ailleurs en Afrique. Avec les coûts que les patients doivent couvrir pour parvenir à se faire traiter, voire avec la fermeture de certains centres, une série de personnes ne sont pas ou plus traitées. C’est inacceptable tant en termes humains qu’en terme de santé publique ! » a clamé cet acteur humanitaire. Puis d’ajouter que d’ici 2014, seule une portion dérisoire des 300.000 personnes qui n’ont pas encore pu initier le traitement auquel elles ont droit peuvent espérer y avoir accès. 
 
2012 : crainte d’une faible progression
 
Dans l’attente d’une évaluation à mi-parcours de la campagne, il convient de rappeler que les analystes de MSF craignaient une aggravation de la situation en cette année 2012, au moment où l’année 2011, contrairement aux attentes, n’a pas permis d’inverser la tendance. « Sur 2010 et 2011, l’augmentation du nombre de patients sous traitements ARV n’a été que de 280 patients par mois dans le cadre du Fonds mondial. A un tel rythme, il faudrait 90 ans pour initier toutes les personnes en besoin de traitement ARV en RDC ! » a alerté l’un d’eux, Thierry Dethier. 
Craignant donc une progression aussi faible en 2012, l’analyste justifie ce raté par la prévision du Fonds mondial de couper jusqu’à 30% du budget prévu d’ici fin 2014. « Sans nouveaux financements, même si, par chance, vous appartenez aux 14 % des patients qui ont accès au traitement aujourd’hui, vous n’avez aucune garantie d’avoir encore cet accès en 2015, car aucun acteur ne s’est engagé financièrement jusque là aujourd’hui » a averti l’analyste. 
 
Les décideurs congolais interpellés 
 
La vie des milliers des compatriotes étant en danger, la balle est donc dans le camp des décideurs politiques congolais qui doivent finalement mettre en pratique leurs engagements et apporter le soutien indispensable pour assurer le droit des PVV à avoir un accès gratuit aux ARV, comme c’est écrit dans le droit congolais. Durant la campagne électorale de la présidentielle du 28 novembre 2011, rappelons-le, presque tous les candidats à la magistrature suprême avaient publiquement fait le serment d’offrir des moyens nécessaires pour soulager les souffrances de ces compatriotes malades. 
Il est donc temps pour eux, le gouvernement en premier lieu, de trouver les pistes pour garantir aux PVV l’accès gratuit au traitement ARV. En clair, cet engagement du gouvernement à appliquer la loi est attendu par les patients et pourrait convaincre les partenaires internationaux de l’urgence ainsi que de la détermination du pays à vaincre l’épidémie. « Dans un pays comme la RDC, le défi à relever est gigantesque et ne peut pas reposer à plus de 75% sur une seule source de financement comme c’est le cas actuellement avec le Fonds mondial » a conclu Thierry Dethier. 
Présent depuis plus de 25 ans en RDC, MSF est actif dans le sida depuis 1996. Première organisation à mettre des patients gratuitement sous ARV en RDC en octobre 2003, MSF prend plus de 5.000 patients en charge dans 6 provinces différentes. 
 
Tshieke Bukasa

LEAVE A REPLY

*