Victoria Eleison : la consécration

0
90

kester-maison-blancheNous sommes en 1982. Auréolé du succès récolté par ses chansons,  Emeneya estime désormais être en mesure de créer son propre groupe. Petit Prince Bengali, Bipoli, Nseka Huit Kilos…. sont ses premiers compagnons d’aventure.

Le fougueux Bipoli  se sent à l’étroit et va claquer la porte plus tard.  Malembe Chant, Makolin le géant, Jolly Mubiala…. vont rejoindre à leur tour les transfuges de Viva la Musica. Comme il fallait s’y attendre, le nouveau groupe est bien accepté par le public. Les chansons « Mabalaya commission », Ata Mpiaka, Afimiko, WiloMondo, OkosingaiMfumu… se vendent comme de petits pains.

En somme, la gestion des revenus du groupe pose problème. Malembe Chant s’en va à son tour.

«Nzinzi», «Nzilavelela»… contenues dans l’album Everybody  figurent parmi les meilleurs chefs d’œuvres de Kester.  Avec les départs des artistes de renom comme SafroManzangi, Pinos, Tofla…, le groupe s’essouffle un peu.

Des vedettes en herbe pétries de talent et qui se nomment Zoe Bella, Guy Moeller, Masudi,  Willy Ebondaki, Yves TchumTchum, Guejo Star, MuloScanto… prennent le relais.

Longtemps en retard par rapport aux autres stars congolaises de la chanson qui se sont produites dans les salles mythiques françaises, belges… ; Emeneya se décide à son tour à livrer des spectacles  au Zénith (2001) et à l’Olympia de Paris ( 2002). Et pour mieux relever le défi, il recourt à l’expertise de Lisette Simba qui va mettre sur pied une chorégraphie digne  de ce nom. Effectivement, la bande à Emeneya est tout feu tout flamme dans ces deux temples de musique.

Ces jeunes gens réalisent l’album « Longue histoire»  avec comme « support » la danse « Tshakulibondas ».

«Le jour le plus long » sorti un peu plus tard, joué dans un tempo beaucoup plus lent ne s’est pas bien vendu.

 Dernier virage

Après un quart de siècle de succès ininterrompu, Emeneya est assailli par le doute. Il ne s’entend pas très bien avec ses mécènes. A la faveur d’une tournée en Europe, ses poulains l’abandonnent. Près de dix ans avant sa disparition, Emeneyavoit  son étoile pâlir de manière progressive. Aux productions discographiques et scéniques en demie teintes   s’ajoutent de déboires sociaux et de trahisons  qui proviennent de la part de ses amis. Accablé, King n’hésite pas à dénoncer dans les médias les coups qui lui sont donnés en dessous de la ceinture ou encore à ressasser ses souvenirs. Rentré au pays, il y a de cela quelques années, après une première alerte qui avait fait croire à certaines personnes qu’il était décédé, il a regagné la France plus tard et vient de nous quitter juste à quelques heures de la Saint Valentin.

Jean- Pierre Nkutu

LEAVE A REPLY

*