Victimes de maltraitances à Beyrouth, une Congolaise et ses 2 enfants rapatriés à Kinshasa

0
96

Victime des maltraitances à Beyrouth, capitale du Liban, une
Congolaise, Shindano Sakina Francine, et ses deux enfants, ont été
rapatriés à Kinshasa le mardi 23 janvier 2018. Le ministre Délégué en
charge des Congolais de l’Etranger, Emmanuel Ilunga Ngoie Kasongo, a
fait savoir que c’est sur plainte de la famille Shindano qu’il a été
saisi de la grave situation dans laquelle étaient plongées leur fille
et ses deux enfants.
En effet, dans la lettre de dénonciation adressée en date du 29
décembre 2017 par la famille Shindano au ministre et sur base du
courriel de la victime elle-même, cette dernière a rapporté avoir été
l’épouse légitime d’un sujet libanais, Imad Taha, pendant 5 ans. De
leur union sont nés  deux enfants : Youssef (garçon âgé de 4 ans) et
Zahra (la fille âgée de 18 mois). « Par ruse, Imad, sujet libanais
résident à Kinshasa, m’avait demandé de me rendre dans sa famille au
Liban avec les enfants, pour y passer des vacances de 3 mois. Contre
toute attente, à mon arrivée avec mes enfants, nos passeports ont été
confisqués, et j’ai été soumise immédiatement par les membres de la
famille de mon mari aux traitements inhumains, dont l’empoisonnement,
la tentative de meurtre au couteau, etc. », a déclaré la Congolaise.
Contacté depuis le Liban par son épouse qui  l’a tenu au courant des
faits infractionnels dont elle était victime, Imad Taha a simplement
demandé à cette dernière, prise en otage, de laisser les enfants dans
sa famille à Beyrouth pour recouvrer sa liberté. Condition que
Francine Shindano a balayée d’un revers de la main.
Informé de la situation, le ministre Délégué Emmanuel Ilunga a
introduit à cet effet une plainte au Parquet en sollicitant de la
Direction Générale de Migration (DGM), une mesure d’interdiction de
sortie de Imad. Cependant, dans la soirée du même jour, cet expatrié a
tenté une sortie clandestine par l’aéroport Internationale de Ndjili,
mais il a été intercepté par les services de l’immigration au moment
où il voulait embarquer à bord d’un vol de Turquish Airlines .
Ainsi, le ministre délégué en charge des Congolais de l’Etranger a
exigé le retour des enfants et de Shindano à Kinshasa en échange de sa
libération.
Entre-temps, l’ambassadeur de la RDC en Egypte a été saisi en vue de
la protection de notre compatriote et ses enfants jusqu’à leur retour.

Tshieke Bukasa