Verdict du CNSA : UDPS, Tshibala et Mubake disqualifiés

0
161

La série noire continue pour Bruno Tshibala et ses affiliés de la dissidence. En effet, après avoir été déboutés le mercredi 27 mars 2018 au Tribunal de paix de Matete, ils viennent d’essuyer un nouveau carton rouge de la part du Conseil National de Suivi de l’Accord de la
Saint Sylvestre.

Réunis en plénière hier jeudi 29 mars 2018, les membres de cette institution ont rendu leur verdict sur le dédoublement voire le « triplement » de l’UDPS, créés de toutes pièces après la disparition de son leader, Etienne Tshisekedi, le 1er  février 2017 à Bruxelles.

Se référant aux statuts de l’Union pour la Démocratie et le Progrès
Social, qui reconnaissent, en leur article 26, l’actuel Secrétaire
général, Jean Marc Kabund, comme la personnalité habilitée à assumer
l’intérim en cas de décès de son président, l’institution dirigée par
Joseph Olenghakoy a recommandé au vice-Premier ministre et  ministre
de l’Intérieur de retenir la dénomination UDPS / Tshisekedi en faveur
de la « maison mère » basée à Limete, sous la direction de Jean Marc
kabund.
Il a été demandé au groupe de l’UDPS/Tshisekedi de créer les
conditions favorables à la réintégration des autres groupes. A défaut
de cette réintégration, le CNSA conseille au camp Tshibala, Mubake et
autres cadres auto-exclus de créer chacun un  nouveau parti et de se
choisir  une autre dénomination, qui ne prête pas à confusion avec
l’UDPS/ Tshisekedi, dont le siège est basé sur la 11me Rue, dans la
commune de Limete.
Par conséquent, les sociétaires de Tshibala, qui ont élaboré de
nouveaux statuts depuis leur « congrès », ne peuvent plus utiliser les
logos, les emblèmes et autres signes propres à l’Union Pour la
Démocratie et le Progrès Social.
Il en est de même pour Valentin Mubake, qui avait écrit récemment au
vice-Premier et ministre de l’Intérieur, pour solliciter la
reconnaissance de son aile, qui a pour siège sa résidence, dans la
commune de Lemba.
Jean Marc Kabund, qui vient ainsi de signer une double victoire
politique pourra donc, dans la sérénité, organiser la succession
d’Etienne Tshisekedi au cours du Congrès extraordinaire  de la fille
aînée de l’opposition, qui s’ouvre ce vendredi 30 mars à Limete.
Concernant le M17, le CNSA a tranché en faveur d’Augustin Kikukama, au
détriment de Joséphine Mpaka.
S’agissant des partis politiques ACO, NBP et ADR, le CNSA a instruit
la commission ad hoc de poursuivre le travail pour obtenir un
consensus politique.
ERIC WEMBA