Vendredi à la CSJ : le député Bakungu disculpé par la troisième vague des prévenus

0
31

Comme lors des deux premières audience du  4 et du 7 février, la Cour suprême de justice n’a pu examiner  à fond l’affaire qui oppose  le ministère public au député national Dieudonné  Bakungu et consorts pour atteinte à la sureté intérieure de l’Etat .
La raison principale du rendez-vous manqué est que l’organe de la loi a déversé une troisième vague de six prévenus provenant fraîchement de Goma et parlant uniquement swahili.
Tous originaires de Masisi, territoire d’origine de l’honorable Bakungu, le principal accusé dans cette affaire, leur ignorance de la langue française a obligé un des juges à jouer le rôle d’interprète.

Cette situation a malheureusement indisposé certains avocats non locuteurs de cette langue parlée à l’Est de la République démocratique du Congo.
La défense a sollicité de la Cour de renvoyer l’instruction au fond pour permettre au bâtonnier national de la République  de mettre à la disposition de cette nouvelle vague des prévenus des avocats qui pourront les assister conformément aux lois du pays qui reconnaissent à tous les citoyens congolais le droit de se faire assister.
La Cour qui a adhéré à cette demande,  a également demandé au ministère public de trouver un interprète pour  mettre toutes les parties au même pied d’égalité.
Ces jeunes gens peu instruit, originaires de Masisi ont affirmé au cours de leur instruction  avoir été pris de force dans la ville de Goma  par les services, de sécurité sous prétexte qu’ils étaient des Mai Mai tatoués par un  féticheur.

Les six prévenus ont révélé au moment de leur identification qu’ils avaient subi des tortures et des menaces de mort avant de signer  des PV  écrits par les agents de service de sécurité dénommés t2 dans une langue dont il n’avait la moindre connaissance.
Le premier  prévenu à prendre la parole a déclaré qu’il avait été tatoué pour devenir soldat de l’honorable Kimbe. Le second a déclaré qu’il avait été menotté alors qu’il devait répondre à l’appel  des personnes anonymes avaient invités au téléphone à  retiree auprès d’eux un montant de 5000 dollars. Aussitôt après son arrestation, il a été copieusement torturé afin qu’il accepte de signer ce qui avait été déjà couché dans un procès-verbal d’audition.
Le témoignage le plus accablant est celui prévenu qui a décrit les moments durs de son calvaire «  j’ai uriné après avoir reçu des coups de crosse et des bottines dans les côtes ».

La troisième vague des prévenus a déposé en niant tout lien avec l’honorable Bakungu et en réfutant les faits infractionnels mis à leur charge.
Me Kankonde a au nom du collectif des avocats de la défense, fait remarquer à la cour la lenteur de l’instruction à cause de nouvelles vagues des prévenus qui ne cessent d’arriber. Pourtant, elle statue sur une procédure de fragrance.

Le ministère public a rétorqué que tous ces prévenus sont poursuivis en procédure de fragrance pour les mêmes faits, en précisant qu’une quatrième et cinquième vague pourront s’ajouter.la prochaine audience prévue le mardi14 fevrier
A l’issue de cette audience, l’honorable Bitakwira a martelé que ce procès qu’il juge était une honte pour la République.
Il a demandé au premier citoyen du pays d’intervenir pour mettre fin aux poursuites contre digne fils de Nord-Kivu, élu massivement à Masisi au scrutin du 28 novembre.

Cet élu d’Uvira a pointé du doigt les anciens mobutistes qui ont traversé la rive de monter cette comédie  comme ils le faisaient durant la Deuxième République de triste mémoire. Ce proche de Kamerhe a fustigé la traque des opposants à l’Est de la RDC qui risque de remuer le couteau dans la plaie en provoquant une autre guerre dans cette partie du pays.
Le précité a appelles les notables du Grand Kivu  et du Katanga pour prévenir une nouvelle crise à l’Est  tout en rappelant que la cohabitation entre différentes groupes ethniques obtenue  au prix d’un grand sacrifice risque d’être fragilisée par ce genre de montages qui vise l’élimination des adversaires politiques.

            ERIC WEMBA

LEAVE A REPLY

*