VAGABONDAGE ET MANIPULATION POLITIQUES : Des « Kuluna » chez les chefs coutumiers

0
57

 

C’est un secrétaire général de l’Anatc (Alliance nationale des autorités traditionnelles du Congo) très en colère qui s’est adressé hier, mercredi 23 mai 2012, à la presse. Sa majesté Mfumu Difima a dénoncé ce qu’il a appelé « vagabondage et manipulation des faux chefs coutumiers » dans la ville de Kinshasa. L’interlocuteur de la presse a traité ceux de ses présumés pairs de « Kuluna », après les avoir vus prendre position en faveur d’une candidature aux législatives invalidée par la Cour suprême de justice.
 
Tous en raphia, a rappelé Mfumu Difima, ces « inciviques sèment la confusion et sapent l’action de l’Alliance ». A ce qui paraît à ses yeux comme une dérive, Mfumu dit avoir, au nom de l’Institution, saisi le Procureur général de la République afin de « mettre hors d’état de nuire ces inciviques et éradiquer une fois pour toutes ces phénomènes décriés de vagabondage de faux chefs coutumiers sur les rues et médias de la ville de Kinshasa ».
Tout en reconnaissant à la candidate malheureuse son droit de se plaindre, il estime cependant que des voies légales sont bien prévues en lieu et place de recourir à ceux qui n’ont aucune qualité ni droit pour engager l’autorité coutumière. « L’alliance met en garde quiconque, en quête de pouvoir, du positionnement ou ivre de n’importe quel autre sentiment de chercher à manipuler des chefs coutumiers », a menacé Mfumu.
Occasion pour l’Anatc de rappeler à ses sociétaires le respect des us et coutumes et la défense des vertus qui sont les leurs. Entouré des vice-présidents des provinces de l’Anatc, Mfumu Difima a réitéré la confiance de l’Alliance au président de la République.
 
RECIDIVE
 
              La colère de l’Anatc est née du constat de récidive de mêmes personnes dénoncées en 2010 et dont le comportement a été porté à la connaissance des autorités de la République. L’alliance les considère comme « un groupe de charlatans se faisant passer pour des chefs coutumiers, à la fois comme des quémandeurs et flatteurs en quête de survie dans la ville… ».
A l’Anatc, on dit avoir ras-le-bol au regard des propos désobligeants et compromettants tenus par ces « aventuriers-flatteurs à l’endroit de la Cour suprême de justice » à laquelle ils demandaient d’invalider un candidat au profit de celle qui a été invalidée qu’ils tiennent mordicus à voir être réhabilitée.
Au nom du comité national de l’Anatc, Mfumu Difima déclare « nuls et de nul effet, les propos d’attaques destinés à la Haute cour… »
 
Tshieke Bukasa 
 

LEAVE A REPLY

*