Urgence humanitaire en RDC : le rapport choc de MSF !

0
240

Logo-MSF-bonMédecins Sans Frontières (MSF), organisation non gouvernementale internationale à but humanitaire, a publié, lundi 3 mars 2014 à Caritas Congo, son rapport sur la situation humanitaire choquante dans l’Est de la RD Congo. Intitulé « l’Urgence au quotidien : Souffrance silencieuse en RDC », ce document utilise les données médicales et les témoignages de patients et d’employés pour dévoiler la véritable nature de l’urgence médicale et humanitaire que vit la population congolaise, particulièrement dans les provinces de l’Est du pays touchées par le conflit. « Nous demandons une action immédiate afin de mettre un terme à la souffrance persistante de ces populations ! » a clamé Louise Roland-Gosselin, responsable Affaires humanitaires à MSF/RDC.

En effet, a-t-elle noté dans le rapport, des nombreuses personnes qui ont besoin d’aide humanitaire dans le pays n’y ont pas accès. «De nombreuses communautés sont privées de soins médicaux en raison de la précarité des infrastructures, des déplacements et du conflit, et les organisations humanitaires et l’Etat ne fournissent pas l’aide adéquate dans les zones rurales et touchées par le conflit», a indiqué Louise Roland-Gosselin soulignant notamment, la violence à l’encontre des civils, du personnel médical et des biens pendant que le prestataires de soins médicaux sont régulièrement forcés d’interrompre leurs activités, laissant des personnes privées de soins alors que leurs besoins à cet égard sont urgents.

Des chiffres qui donnent froid au dos  

            Suite à l’intervention armée des Nations-Unies et des FARDC dans la traque des rebelles du M23 l’année passée, MSF a fait noter que des millions de personnes vivant dans les zones de conflits ont été contraintes de quitter leurs maisons à cause des combats. En décembre 2013, précise-t-on, l’ONU estimait à 2,96 millions le nombre de déplacés internes, la majorité (environ 90%) se trouvant dans les provinces du Nord-Kivu, du Sud-Kivu, du Katanga et en Province Orientale. « Un grand nombre de personnes déplacées se trouve hors de portée de l’assistance humanitaire et vit dans des familles d’accueil ou se cache dans les forêts ou la brousse. Ces personnes luttent pour trouver de quoi manger et boire et bénéficient peu ou pas d’aide médicale ou humanitaire» a alerté la responsable de MSF.

            Rappelant qu’en 2012 MSF a réalisé 14.768 interventions chirurgicales en RDC, Louise Roland-Gosselin a fait noter que son organisation a traité 4.037 cas de violences sexuelles la même année.

            Dans le registre de causes de mortalité, une étude rétrospective menée par MSF en 2013 a révélé que le paludisme et la fièvre jaune étaient la principale cause de mortalité officielle parmi la population observée, soit une incidence cinq fois supérieure à celle des blessures liées à des violences. Les autres causes sont la diarrhée, le traumatisme (violent) intentionnel, les problèmes respiratoires, les complications liées à la grossesse (jusqu’à un mois après la naissance), le traumatisme (accidentel) non intentionnel, etc.

            Par-dessus tout, MSF a fait observer une faible disponibilité de soins de santé dans les régions rurales et touchées par des conflits. Les pauvres sont exclus des soins de santé car généralement payants que ce soit dans les structures étatiques ou celles des ONG qui fonctionnent par recouvrement des coûts. « La vaste majorité gagne moins de 2$ par jour et seul 1 Congolais sur 4 vit à moins de 5 km d’une structure de santé »

                                               Recommandations   

Conscient des difficultés à travailler dans un environnement de crise prolongée et constamment en mouvement, MSF a appelé les organismes humanitaires internationaux et nationaux actifs en RDC à revoir en urgence leurs priorités opérationnelles afin de s’assurer que l’aide parvienne à ceux qui en ont le plus besoin. « Le principe directeur de l’aide humanitaire est toujours l’impartialité et ne doit répondre à aucun but politique ou de déstabilisation »

            Appelant tous les acteurs armés à s’abstenir de toute agression à l’encontre de civils et de tout acte hostile ciblant le personnel et les infrastructures, MSF a exhorté à la suppression des barrières financières d’accès aux soins et à l’amélioration de la lutte contre les épidémies. «Arrêtez de faire payer les soins de santé aux patients vulnérables et faites plus pour prévenir et enrayer les épidémies ! » a-t-elle plaidé.

            ONG dont le Bureau international siège à Genève, elle a été fondée par Bernard Kouchner en 1971. Elle a reçu, entre autres, distinctions et récompenses : le Prix Nobel de la paix, Prix Indira Gandhi de la Paix, du Désarmement et du Développement, etc.

Tshieke Bukasa

LEAVE A REPLY

*