Uranium : les précisions du Commissariat Général à l’Energie Atomique

0
81

Le quotidien « Le Phare » dans son lot n° 3805, du lundi 12 avril 2010, a publié un article faisant état d’un certain rebondissement d’une certaine affaire relative à une prétendue spéculation sur une soi – disant vente d’uranium congolais.

Comme cela ressort bien, à travers ledit article, il est question ici, à travers ce développement, d’une matière aussi sensible qu’est I’uranium et le nucléaire. Il s’avère clairement qu’une parution de la presse, traitant d’un pareil sujet ne peut que – par ces jours – créer dans I’opinion, des réactions des diverses natures et qui sont d’ailleurs difficiles à pouvoir circonscrire; les uns et les autres pouvant à tort ou à raison, croire à l’existence d’une certaine affaire du genre alors qu’il n’en est rien.

 

Faut – il encore le souligner, le nucléaire en général et I’uranium en particulier demeurent aujourd’hui plus que par le passé, de domaines et ou matières qui font bouger les gouvernements du monde entier; le récent sommet de chefs d’Etat tenu à Washington sur I’invitation du président américain démontre davantage à quel point les grandes puissances en particulier sont très sensibles au nucléaire et s’évertuent à avoir le contrôle sur ce domaine, tant il est indéniable que le désordre, mieux l’anarchie dans ce secteur comportent des conséquences néfastes pour I’humanité tout entière.

Il apparaît là une fois encore, un contexte tout aussi singulier que sensible, contexte pendant lequel malheureusement (ou heureusement) parait cet article sur une prétendue vente, ou spéculation sur une prétendue vente de l’Uranium congolais, sic !

Aussi, compte tenu des effets que cet article risquerait de produire dans l’opinion et considérant surtout la qualité de l’auteur qui se trouve être un avocat et ministre honoraire ce qui risque davantage de produire des effets équivoques et inconsidérés – les services compétents que nous sommes voudrions dire, à l’opinion nationale et internationale, que tout ce qui se colporterait sur une quelconque transaction de quelque nature que ce soit sur l’uranium ou / et sur le nucléaire congolais, n’est qu’un assemblage ou mieux un montage de mensonges, du reste grossiers. L’opinion se rappellera qu’à une certaine période, les élucubrations du genre ont été également colportées et la presse en avait d’ailleurs aussi parlé.

Ces bruits truffés de montages mensongers de tout genre pour servir des causes maléfiques et éhontées de leurs auteurs avaient à l’époque conduit à une série de missions qu’avait effectuées l’A.I.E.A, (Agence Internationale de l’Energie Atomique) au sein des installations du C.G.E.A (Commissariat Général à l’Energie Atomique) à Kinshasa. Ces missions d’enquêtes avaient conclu aux résultats que tout I’uranium congolais était intact et que tout le dispositif congolais de recherche dans ce secteur était en place, soit en fonctionnement, soit en arrêt de fonctionnement.

Il est aussi important de relever à ce sujet que le gouvernement de la République Démocratique du Congo, à l’époque comme aujourd’hui, le travail dans ce domaine de nucléaire en parfaite collaboration avec l’A.I.E.A., I’institution des Nations Unies spécialisée dans le domaine et qui est en contact permanent avec le C.G.E.A et le C.N.P.R.I. (Comité National de Protection contre les Rayonnements Ionisants), ces derniers étant à leur tour, des institutions spécialisées du gouvernement de la République Démocratique du Congo en la matière.

De rapports permanents et fructueux qui existent entre ces partenaires cités ci avant il n’est jamais fait état d’un quelconque cas de vente soupçonnée de I’uranium congolais. Pareille inquiétude aurait existé, le gouvernement aurait été le premier à le savoir et nous, services compétents, par lui.

Dès lors, les colportages du genre, que nous décrions ici et qui paraissent parfois à travers la presse nationale et  aussi internationale ne sont qu’à mettre au compte des objectifs et visées sensationnels et machiavéliques des uns et des autres de leurs auteurs.

Les auteurs desdits mensonges devraient le savoir, le gouvernement de la République Démocratique du Congo, engagé dans les effort louables de reconstruction de notre pays, à travers les cinq chantiers sous l’impulsion du président de la république, ne se laissera jamais distraire par ce genre des racontars, même s’ils paraissent à travers les plus grands journaux du monde entier.

Nous tenons enfin à préciser qu’en ce domaine du nucléaire et de I’uranium, le C.G.E.A et le C.N.F.R.I demeurent les seuls experts officiels du gouvernement et seuls à pouvoirs émettre des avis et positions à tenir pour officiels en ce domaine, à ce jour, ils – le C.G.E.A pt le C.N.P.R.I – n’ont jamais mandaté une quelconque personne à parler en leur nom et à émettre des opinions qui puissent les engager.  

Ainsi fait à Kinshasa, le 19 avril 2010  

Pour le Comité National de Protection

Professeur KAKULE KANIKI M. 

Pour le Commissariat Général à l’Energie Atomique

Professeur LUKANDA MWAMBA V. 

Commissaire Général

LEAVE A REPLY

*