Unikin : vers la sortie de crise

0
13

Les activités académiques, scientifiques et administratives, en total arrêt à l’Université de Kinshasa depuis un mois, pourraient reprendre incessamment. C’est le constat fait hier mardi 16 mars 2010 à la Primature, à l’issue de la seconde séance de travail, après celle de la semaine dernière, qui a réuni, autour du Premier ministre Adolphe Muzito, les délégués de l’Association des Professeurs de l’Université de Kinshasa (Apukin), des associations des corps scientifiques et administratifs de l’enseignement supérieur et universitaire, ainsi que ceux des coordinations estudiantines de l’Unikin et de l’ISP/Gombe. C’est le ministre de l’Enseignement Supérieur et Universitaire, Léonard Mashako Mamba, qui a conduit tout ce beau monde au cabinet du Premier ministre.

« Nous sommes obligés de satisfaire à vos revendications mais faites-nous confiance ». C’est, assure-t-on, la phrase magique sortie de la bouche du chef gouvernement et qui a eu le mérite de dégeler le climat entre lui et ses interlocuteurs. On rapporte que l’ensemble du cahier des charges non seulement du personnel de l’Unikin mais des universités et instituts supérieurs publics du pays a été passé au peigne fin.

Après un large tour de table, il s’est dégagé le compromis ci-après : 1°) le Statut spécifique des professeurs d’université fera l’objet d’un projet de loi que le gouvernement compte ficeler et déposer rapidement au Parlement ; 2°) le barème de rémunération de tous les corps des métiers de l’ESU va connaître une amélioration sensible dans les tout prochains jours ; 3°) la bourse des étudiants finalistes de l’ESU pourrait être de nouveau payée si toutes les listes des bénéficiaires sont déposées à temps au ministère du Budget au mois d’avril 2010.

Les signes de la fin de la crise à l’Unikin sont là. Adolphe Muzito tient à jouer, comme de tradition, la carte de la vérité, de la transparence et de la responsabilité devant les partenaires éducatifs du gouvernement. Il attend de ceux-ci le retour de l’ascenseur dans le sens de l’indulgence face aux moyens encore précaires de l’Etat.

LP

LEAVE A REPLY

*