Unikin : accrochages entre policiers et étudiants

2
263

Des blessés par balles réelles : c’est devenu presque symptomatique ! A chaque fois que des étudiants manifestent pour réclamer un droit quelconque, ils sont accueillis par des tirs à l’arme automatique et à balles réelles. Il s’ensuit toujours des blessés et des arrestations intempestives parmi ces jeunes-gens qui vivent se croire en droit de jouir de leurs libertés.

Selon des sources proches des témoins oculaires et des rescapés des échauffourées qui ont eu lieu hier à l’Unikin entre des éléments des forces de l’ordre et des étudiants, qui réclamaient l’application du taux officiel de 960 FC pour un dollar américain pour les frais académiques et subsidiairement le retour des étudiants exclus de l’université par une décision prise arbitrairement à leur endroit par le secrétaire général académique. Une décision les ayant sanctionnés pour avoir pris part à des manifestations à caractère politique.

           

            Des signaux inquiétants dans la mesure où ces étudiants avaient été exclus pour avoir participé à des manifestations politiques organisées en dehors des sites universitaires et qui n’ont pas eu des répercussions sur le campus universitaire. Il s’avère que les éléments des services de l’ordre ont réagi par une répression musclée qui s’est soldée par un bilan lourd. On dénombre ainsi de nombreux blessés graves parmi les étudiants sans oublier des casses sur des biens appartenant à autrui, dont des véhicules, des boutiques, des échoppes et leurs propriétaires.

            L’autre élément qui fâche et énerve, c’est le fait que l’autorité académique qui a pris cette décision d’exclusion à charge des étudiants concernés est un membre très influent d’un parti politique se réclamant de la Majorité Présidentielle. De là à parler d’un règlement des comptes politiques, il n’y a qu’un pas à franchir, s’est exclamé un acteur de la société civile apparemment scandalisé et prêt à saisir les instances judiciaires contre cette autorité académique qui semble s’être trompé de chapitre.

 

Bilan macabre : des blessés graves par balles réelles

            Jusque tard dans la soirée, le bilan sonnait macabre. Plusieurs étudiants blessés, dont deux par balles réelles. L’un d’entre eux se trouvait encore dans la salle d’opérations pour y subir des soins appropriés que nécessite son état de santé alarmant. Pris de panique et fuyant des crépitements des tirs d’armes automatiques et des souffles des gaz lacrymogènes, deux autres étudiants, a-t-on appris des sources universitaires et hospitalières, ont sauté du 1er étage de leur auditoire et se sont ainsi fracturés les jambes.

            Ils seraient aussi placés en soins intensifs toujours aux cliniques universitaires. Dépourvus des moyens financiers pour soutenir les frais des soins médicaux exigés, des cotisations seraient en train d’être organisées auprès des hommes de bonne volonté pour venir en aide à ces jeunes-gens, qui ont commis le crime d’avoir manifesté contre l’exclusion arbitraire de leurs condisciples et le taux exorbitant des frais académiques leur imposé par le comité de gestion.

 

            Le sang a encore coulé et encore une fois sur des jeunes-gens qui ont manifesté pour dénoncer le taux exorbitant des frais académiques et l’exclusion de leurs condisciples par une autorité d’un parti politique se réclamant de la majorité présidentielle. Des signaux inquiétants pour cette période de préparation des élections générales.

                                                                                  Castro 

2 COMMENTS

Comments are closed.