Une veuve et ses beaux-frères s’entredéchirent pour une parcelle

0
52

Madame Tshiebwa Kabengele est poursuivie au TGI/Matete dans le dossier sous RP 18926/I, par l’abbé Ngindu Mushete Alphonse de la paroisse St Raphaël et Ambroise Tumba, ses beaux-frères, . Ils lui reprochent d’avoir fabriqué un faux document établi à sa propre demande, lequel est à la base de l’établissement d’une fausse fiche d’Urbanisme pour s’approprier frauduleusement la parcelle de son défunt mari, Ntumba Tshibona, située sur l’avenue Luvulu n°11, quartier Mbanza-Lemba, commune de Lemba, à Kinshasa. Ils dénoncent aussi sa lettre du Chef de Division Urbaine et de l’Habitat, Arthur Ipome Ngondo, référencée D.U.U.H/C.M.A/BAB/41/2010, contenant des identités des prétendus copropriétaires nés respectivement en 1980 et 1982 sur un document établi en 1973. Ils ont comparu en personne sans la présence de l’abbé. Cette audience a eu lieu hier jeudi 20 janvier 2011 dans la Chambre III du TGI de Matete, où les 2 parties, assistées de leurs conseils, ont été brillamment défendues.

Le citant a demandé au tribunal de dire recevable et fondée la présente action ; d’établir en fait comme en droit les infractions de faux et usage de faux mises à charge de la veuve ; de la condamner aux peines prévues par la loi et au paiement de la somme de 30.000.000 de FC au titre de D.I. pour tous les préjudices subis ; d’ordonner l’arrestation immédiate de la citée.

Selon la pauvre veuve Tshibwe, l’Abbé Ngindu Mushete et Ambroise Tumba, ses beaux-frères, ont vendu la parcelle de leur frère Ntumba Tshibona décédé depuis 1989.Celui-ci avait laissé les documents parcellaires avec son nom et ceux de ses enfants, Papy Ngindu Mushete, l’homonyme de l’Abbé et Ntumba Tshibona, homonyme de son défunt père. D’après la citée, l’Abbé s’était fait passer pour le propriétaire de cette parcelle après avoir chargé son frère Ambroise d’aller subtiliser les documents parcellaires dans la valise de la citée. L’Abbé aurait profité du nom du fils du défunt pour vendre cette parcelle en prétendant que c’était son bien personnel. Elle l’accuse d’avoir morcelé la parcelle avant de la vendre à deux personnes, sur l’avenue Livulu au n°11, quartier Mbanza-Lemba, commune de Lemba, sur base d’un livret de logeur du 12.02.1973. La 1ère partie a été vendue à 29.000 $ et la 2è à 13.000 $. A sa grande surprise, la citée avait vu des gens venir déposer du sable pour la construction. C’est ainsi qu’elle est allée chercher les documents là où elle avait laissés, mais ils avaient disparu. Les acheteurs l’ont informée que c’est l’Abbé Ngindu qui leur avait vendu cette parcelle. C’est ainsi que le 02.04.2010, elle a fait établir une fiche d’Urbanisme et la lettre du Chef de Division Urbaine de l’Urbanisme.

Après cette version, le conseil de la citée a demandé 100.000.000 de francs congolais que Ambroise Tumba doit payer à titre de D.I. L’Abbé ne doit payer que 10 FC symboliquement.

Le tribunal a pris en délibéré la cause pour rendre le jugement dans le délai de la loi.

Après cela, le Ministère Public a pris la parole pour soutenir la version du citant en réclamant l’arrestation et la condamnation de la citée Tshiebwe à 5 ans SPP, de confisquer la fiche d’Urbanisme établie frauduleusement.

La partie citée, à son tour, a regretté la décision du ministère public en relevant que celui-ci n’est pas en appel. Comment peut-il requérir 5 ans de prison et la condamnation de la citée avant même d’entendre sa version des faits ?

 

 

Anto Matempu

Tshinguta

LEAVE A REPLY

*