Une table ronde sur l’éducation et la consolidation de la paix

0
43

Une table ronde sur l’Education et son rôle dans la consolidation de la paix dans les situations de conflits et les environnements fragiles se tient ici, à Kinshasa, du 26 au 28 juillet 2011. Elle est organisée par le « Pôle de qualité Inter-pays de l’Association pour le Développement de l’Education en Afrique (ADEA) sur l’Education pour la Paix », en collaboration avec le ministère kenyan de l’Education ; le ministère de l’Enseignement primaire, secondaire et professionnel (EPSP) et l’Unesco-Breda. Cette rencontre connaîtra la participation de cinq pays : le Libéria, le Kenya, le Zimbabwe, le République Démocratique du Congo et la Côte d’Ivoire. Il est prévu environ trois délégués de chaque pays et la participation d’environ une dizaine d’experts, professionnels de centres ou d’instituts régionaux africains et internationaux.

Cette rencontre africain s’explique du fait qu’au cours de ces dernières années, de nombreuses régions d’Afrique se sont retrouvées engagées dans un conflit armé ou d’autres situations violentes impliquant des acteurs étatiques ou non étatiques. Les organisateurs de ces assises précisent que depuis 1990, 90% des décès liés aux conflits armés sont civils dont 80% des femmes et d’enfants. Et qu’au cours de ces dix dernières années, deux millions d’enfants sont été tués dans des conflits armés ; le triple a été gravement blessé ou handicapé à vie. Des millions d’autres ont été contraints d’assister ou de prendre part à d’horribles actes de violence. Pour ceux qui survivent, il se pose le problème de la vulnérabilité. Car en situation de conflit, les enfants sont séparés de leurs familles. Ces horreurs, font encore remarquer les organisateurs, sont exacerbées par le caractère limité ou même inexistant des possibilités d’éducation, laissant des adolescents, garçons et filles, qui risquent d’être effrayés, ennuyés et frustrés pour la vie. Dans des telles circonstances, la vie à l’armée devient l’option la plus attrayante, surtout pour ceux qui viennent de milieux pauvres et marginalisés.

Des politiques et pratiques à même de soutenir l’Education
Les participants débattront des politiques et pratiques éducatives susceptibles de soutenir l’éducation comme moyen pour consolider, maintenir et favoriser la paix pour contribuer à la cohésion sociale, la stabilité politique et le développement économique. Ces interactions déboucheront sur un approfondissement du dialogue politique et social, des connaissances ainsi qu’une meilleure compréhension et un engagement dans la mise en œuvre d’initiatives  et de solutions pour répondre aux nombreux défis auxquels sont confrontés les jeunes et adultes du continent, afin de contribuer à la promotion de l’éducation pour la paix  et le développement durable.

L’ADEA a mis en place  les Pôles de qualité inter-pays sur l’Education pour la paix dans le but de réunir autour d’une table, les pays confrontés à des défis similaires avec des partenaires stratégiques qui ont un savoir-faire dans un domaine précis afin de promouvoir le dialogue, l’apprentissage collectif et de fournir une tribune pour mener des activités de collaboration. Ces pôles jouent donc un rôle essentiel pour réunir des représentants des ministères de l’Education et d’autres  partenaires, afin de faire face aux défis susceptibles d’être considérés comme une priorité provinciale, régionale ou nationale.

SAKAZ

LEAVE A REPLY

*