Une parcelle de la Succession: Musumbu en danger à Lubumbashi

0
53
            Dans une correspondance datée du 7 octobre 2010 et adressée au procureur général de la République, avec copie à plusieurs autorités dont le chef de l’Etat, le 1er ministre et le gouverneur du Katanga, l’ONG Détectives- Experts pour les droits au quotidien (DEDQ) fait état d’une tentative de spoliation d’une des parcelles de la Succession Musumbu, située au coin de l’avenue Karavia et Route Kipushi, au quartier Kisanga dans la commune annexe de Lubumbashi, au Katanga. Cette correspondance parvenue au Phare signale aussi l’enlèvement et détention des veuves Malaba et Sala.
 
            L’ONG signale qu’elle a eu des informations des sources différentes, selon lesquelles en date du 16 août 2010 aux environs de 9 heures, Mme Mbele Nancy aurait fait irruption dans la parcelle mentionnée ci-haut avec à sa suite une colonne de 6 jeeps des forces de l’ordre. Elle aurait eu comme but de terroriser, intimider les habitants.
            A la fin de l’expédition, les deux veuves Musumbu, Malaba et Sala, très âgées, menottées et placées dans le coffre d’un des véhicules, auraient été conduites au Parquet général de Lubumbashi où elles seraient placées en détention pendant plusieurs jours avant leur transfert à la prison de Kassapa. Le motif d’arrestation serait « occupation illégale »         
            Nancy Mbele, indique la correspondance, aurait tenté sans succès à plusieurs reprises la spoliation de ladite parcelle en complicité avec  des agents des services des titres immobiliers et autres de la place, et cela après le décès de Musumbu en 2008, qui en jouissait sans être inquiété depuis 1959. Les uns et les autres seraient parvenus même à faire disparaître les documents parcellaires. Ayant constaté cette perte, la succession aurait tenté d’obtenir les duplicatas desdits documents sans succès, néanmoins elle fera opposition à toute mutation. 
            L’ONG souligne à l’intention du procureur général de la République que c’est tout un réseau maffieux qui aurait été mis en place par Nancy Mbele et consorts depuis le décès de Musumbu pour spolier cette parcelle.
            L’ONG DEDQ recommande au procureur général de la République de commander en communication au parquet général de la République, le dossier sous RMP 1372/PG/CHB instruit au parquet général de Lubumbashi, car Nancy Mbele aurait aussi une résidence à Kinshasa. DEDQ lui recommande aussi de mettre la dame et sa bande hors d’état de nuire, et la poursuivre pour détournement de l’armée ; de sécuriser les biens successoraux de Musumbu et la famille du défunt et d’obtenir la libération immédiate des veuves Musumbu.
 
JRB
 

LEAVE A REPLY

*