Une maladie mystérieuse frappe la ville de Boende

0
119

Depuis le début de la semaine, des informations provenant du district de la Tshuapa, dans la province de l’Equateur, font état d’une situation sanitaire fort préoccupante dans cette partie de la République. Selon des sources locales, une maladie mystérieuse est apparue à Boende, entraînant déjà la mort de quelques personnes.

            Elle touche particulièrement les localités de Bolia et de Watshi, situées à environ 14 kilomètres de Boende-centre. A en croire un bilan partiel enregistré dans ces deux entités administratives, trois personnes sont décédées après avoir souffert dans un délai très court. Il s’agit d’un médecin et de deux paramédicaux oeuvrant dans un hôpital de la place.  

Hier mercredi 20 août 2014, alors  que le journal Le Phare était occupé à vérifier des informations auprès de sources officielles et de hautes autorités sanitaires du pays, on apprenait que d’autres morts, tout aussi mystérieuses, auraient été enregistrées dans la localité d’Isaka, située dans la même périphérie. Dans ce village, il y aurait eu cinq cas de décès.

Des sources contactées par Le Phare ont laissé entendre que la situation est prise très au sérieux aussi bien au niveau des autorités du gouvernement central que de celles de la province de l’Equateur. Dans le souci de tirer sans doute les choses au clair et parer à l’urgence, une forte délégation conduite par le ministre de la Santé, Kabange Numbi, et dans laquelle se trouvait le gouverneur intérimaire de l’Equateur, surpris en mission de service à Kinshasa, s’est rendue en catastrophe hier à Boende.

On a signalé la présence, dans la suite ministérielle, d’une équipe médicale comprenant des spécialistes en maladies infectieuses et autres épidémies. De son côté, le gouvernement provincial de l’Equateur avait déjà positionné dans la ville précité le ministre provincial de la Santé ainsi que des médecins et paramédicaux. La mission des uns et des autres consiste à mieux cerner les contours de cette maladie mystérieuse qui commence à tuer sans que les gens sachent à quel « ennemi » ils ont réellement affaire, de manière à préparer au plus tôt la riposte.

Il convient de signaler qu’en dépit de tous les efforts déployés par la rédaction du Phare dans la soirée en vue d’entrer en contact avec les autorités centrales ou provinciales de la santé, dans le bus d’avoir les derniers éléments d’information sur l’évolution de la maladie mystérieuse qui vient de se déclarer à Boende, sa démarche s’est révélée infructueuse. Et pour cause ? Tous les appels adressés aux numéros utiles sonnaient dans le vide, les correspondants paraissant hors périmètre.

Ce qui est certain est qu’en l’absence des réponses au mal qui frappe leur contrée, les autochtones de Boende commencent à être gagnés par la panique. S’il y a un vœu à formuler, c’est celui de voir la mission mixte gouvernement central/gouvernement provincial dépêchée au district de la Tshuapa collecter rapidement les données épidémiologiques indispensables à l’identification de l’ « ennemi » qui est en train de tuer silencieusement et à la mise en œuvre des mesures préventives et curatives destinées à rassurer la population locale d’abord, ainsi que celle de l’Equateur et du reste de la République ensuite. Tant que le flou va persister autour du fléau qui sévit à Boende, il serait difficile au reste du pays de dormir tranquille. La rapide clarification de la situation s’impose, de manière à éviter que des rumeurs incontrôlées ne viennent tout gâcher.

 LP

LEAVE A REPLY

*