Une héritière refuse le «fifty-fifty» à son frère

0
32

justice6Les enfants de la feue Tangu, sont en conflit devant la justice. Ils se disputent la masse successorale. Raison pour laquelle le Tribunal de Grande Instance de Gombe est saisi afin de mettre un terme à ce litige qui a trop duré. L’audience publique de cette affaire est passée le 21 mai 2014. Le jugement va intervenir dans le délai légal.

Au cours de cette audience, les avocats de Joseph Tangu ont fait savoir que leur client est héritier de la défunte Tangu, décédée il y a plus d’un an de suite d’une maladie. Et de son vivant, elle avait acheté deux parcelles situées dans la commune de Ngaliema, sur la route Matadi, avenue du 4 janvier. Après sa mort, un conseil de famille était organisé et les sages avaient attribué a chacun une parcelle. Et sa sœur avait préféré occuper la parcelle située sur l’avenue du 4 janvier et celle de la route Matadi lui était attribué. Mais chose étonnante, lorsque Joseph a saisi le tribunal des céans pour obtenir la mutation des titres en son nom, sa sœur a contre-attaqué son action devant la même instance, alors que c’est elle-même qui avait signé le protocole d’accord. Ses avocats ont demandé au tribunal de confirmer leur client propriétaire exclusive de la parcelle située sur la route Matadi et d’ordonner au conservateur des titres immobiliers de la Lukunga de lui établir le certificat d’enregistrement et de ne pas considérer les allégations de la partie adverse parce qu’il s’agit de la fraude car il y avait déjà eu un partage équitable.

En réplique, les avocats de Henriette ont demandé le rejet de la présente action au motif qu’il y a eu ruse dans le chef de Joseph. Il ne peut pas réclamer  la parcelle de la route de Matadi parce que ça ne fait pas l’objet d’un bien successoral. Il avait usé de la faiblesse intellectuelle de leur cliente pour lui faire signer un protocole d’accord. Ils ont indiqué que la parcelle de l’avenue du 4 janvier est une propriété exclusive de cette dernière lui attribuée par son mari. Ils ont ajouté que la défunte Tangu n’avait laissé qu’une parcelle situé sur la route de Matadi. C’est ce bien qu’ils doivent partager à parts égales. Ils ont soutenu qu’il y a  eu dol et  tromperie dans le chef de Joseph.

Murka

LEAVE A REPLY

*