Une délégation de la CSB à l’INPP

0
25

Dans le cadre  de l’évaluation de son programme de coopération avec la Confédération  syndicale du Congo (CSC), une délégation  de la Confédération syndicale de la Belgique (CSB), conduite par Pierre Grega, expert-gérant et indépendant, séjourne dans la capitale congolaise. Objectif : palper du doigt les réalités syndicales congolaises, et plus particulièrement son programme  de coopération avec la Confédération syndicale congolaise, son fonctionnement et surtout  son implantation dans certaines entreprises congolaises avec des descentes sur terrain.

Jeudi 02 juin 2011, l’Institut national de préparation professionnelle (INPP) a été l’hôte de cette délégation belge. Après la visite guidée de toutes les filières de la direction provinciale de la ville de Kinshasa, par le directeur provincial, Bonzeke, accompagné, pour la circonstance de son président de la délégation syndicale, Guillaume Booto, Pierre Grega s’est déclaré fortement impressionné par les bons rapports existants entre le comité de gestion de cette entreprise publique et la délégation syndicale.

Il a constaté  que l’INPP est co-géré par la tutelle, le comité de direction et la délégation syndicale. « Cette gestion tripartite permet l’établissement d’un bon climat social », a-t-il fait remarquer, avant de poursuivre : « la concertation, la collaboration et le compromis sont un souci majeur et permanent à l’INPP qui comprend un nombre assez important  d’alliés à la Confédération syndicale du Congo ». Le chef de la délégation de la CSB a fait également observer que le travail de la délégation syndicale ne consiste pas seulement à ders revendications et dénonciations, mais aussi à soumettre à la hiérarchie des propositions concrètes pour la bonne marche de l’entreprise. Il a émis le vœu de voir les stagiaires d’une filière donnée se mettre ensemble pour créer une entreprise de sous-traitance. Les filières telles que l’Informatique, la Mécanique auto, le Froid et la climatisation…n’existent pas dans les entreprises congolaises. Et celles-ci peuvent toujours recourir à l’expertise de ces entreprises de sous-traitance de l’INPP.
Une surprise de taille pour Pierre Grega : un vieux matériel affiné et rafistolé qui continue à fonctionner. 

Un modèle de gestion

Ancien affilié de la CSC, le directeur provincial de l’INPP, Bonzeke, a indiqué que son comité gère  le personnel de l’INPP avec  une vision partagée par la délégation syndicale. Réagissant aux propos de Pierre Grega, le directeur Bonzeke a déclaré que la délégation syndicale de l’INPP est présidée par des vertébrés qui font régulièrement des propositions concrètes pour la bonne marche de l’Institut. Et ce, grâce à la formation continue assurée par la CSC.   
De son côté, le président de la délégation syndicale, Guillaume Booto, a commencé par faire observer que la Confédération syndicale du Congo constitue une pépinière dans laquelle l’on tire des oiseaux rares pour une meilleure gestion des entreprises. Allusion faite à l’Administrateur directeur général Maurice Tshikuya. Et ce, avant de rappeler que l’INPP avait, par le passé, la très mauvaise réputation de champion des grèves. Mais la lutte syndicale a payé, avec le limogeage du comité d’alors. De 2002 à 2003, la principale revendication était d’ordre salarial. Aujourd’hui, un nouveau vent souffle et la Convention collective de l’INPP sert de modèle.

Michel  LUKA

LEAVE A REPLY

*