Une commission quadripartite « Médias et Élections » mise sur pied

0
47

Ceni_1La Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI) a signé, hier mercredi 9 septembre 2015 à son siège, un protocole d’accord avec ses partenaires du secteur médiatique. C’est Lambert Mende Omalanga, ministre de la Communication et Médias, qui a engagé le gouvernement. Quant aux organisations professionnelles des médias,, elles étaient représentées par Boucard Kasonga Tshilunde, président de l’Union Nationale de la Presse du Congo (UNPC) ; Tito Ndombi, président du Conseil Supérieur de l’Audiovisuel et de la Communication (Communication).

De son côté, la Ceni était représentée par André Mpungwe Songo, son vice-président. Et, la lecture dudit protocole était faite par le rapporteur de la Ceni, Jean-Pierre Kalamba.

Cette commission mixte a pour objectif général d’amener les parties prenantes à s’approprier le processus électoral et contribuer à sa crédibilisation. Il s’agit, pour elles de veiller sur le travail que font en période préélectorale et électorale. les journalistes au cours de ce cycle électoral. La commission ad hoc se veut un cadre d’échange d’informations entre la Ceni, le ministère de la Communication et Médias, le CSAC et l’UNPC.

Elle poursuit deux objectifs spécifiques, à savoir consolider le climat de confiance pour une collaboration responsable entre l’institution électorale, la tutelle des médias ainsi que les structures de régulation et d’auto-régulation d’une part et, d’autre part, appuyer la CENI dans la médiatisation du processus électoral.

 

Besoin de consolider notre jeune démocratie

 

Dans leurs allocutions, les présidents du CSAC et de l’UNPC ont souligné que les médias sont les canaux de communication par excellence, par lesquels l’opinion tant nationale qu’internationale s’informe. A cet effet, les journalistes doivent bien faire leur travail, en respectant les règles d’éthique et de déontologie, ainsi que les lois réglementant leur profession, afin de d’éviter, le plus possible, les dérives en période préélectorale et électorale, car celles-ci sont souvent marquées par de fortes tensions entre protagonistes politiques d’abord et entre leurs partisans ensuite.

Tito Ndombi a réaffirmé l’engagement du CSAC de jouer correctement son rôle de régulateur et Boucard Kasonga a évoqué la question des moyens financiers pour former et recycler les journalistes sur les matières spécifiques liées aux élections.

De son côté, André Mpungwe, vice-président de la CENI, a souhaité que le partenariat qui venait d’être scellé soit porteur d’une bonne couverture médiatique du processus électoral. Et, il a fait part du souci de son institution à travailler en étroite collaboration avec la presse. Et, il a convié les professionnels des médias à toujours tenir compte des principes de leur éthique et de leur déontologie en vue de la couverture d’un cycle électoral apaisé.

Quant au ministre de la Communication et Médias, Lambert Mende a martelé que le processus électoral est très fragile. Par conséquent, sa bonne et mauvaise couverture médiatique aurait un impact positif ou négatif pour le pays. Raison pour laquelle, il a salué la signature du protocole d’accord entre la CENI et le monde médiatique comme un moment important pour la consolidation de la démocratie.

L’architecture de la Commission ad hoc se présente comme suit : Président : CENI avec un secrétariat technique ; Vice-président en charge de réglementation : Ministère des Médias ; Vice-président en charge de la régulation : CSAC et la charge de suivi et supervision des journalistes : UNPC.

 

Dorcas NSOMUE