Une belle-sœur et son beau-frère s’entredéchirent au TGI/Gombe

0
31

 

            Le Tribunal de Grande Instance de Gombe a renvoyé l’affaire inscrite sous RP 23036, opposant Kabuya Gina contre son beau-frère Mabika Patrick à une semaine, soit au 5 février 2013 pour entendre le témoin cité au cours de l’audience publique d’hier lundi 29 janvier par la partie prévenue.

 Il s’agit dans la présente cause d’une affaire de détournement de 12625 dollars destiné, à l’achat des marchandises à Dubai. La partie civile sollicite la réparation de tous les préjudices subis par un client et le remboursement de son argent.

            D’entrée de jeu, l’avocat de la partie citante Gina Kabuya a dans son exposé des faits indiqué au juge de céans que sa cliente poursuit le prévenu Patrick Mabika pour avoir frauduleusement détourné à son  préjudice la somme de 12.625 dollars. Somme, qui lui a été remis pour l’achat de diverses marchandises à Dubai. Il s’agit des articles de couture, de la cuisine, etc. Cet avocat a relevé que les deux parties au procès s’étaient convenues que les marchandises devraient être amenées à Kinshasa. M ais curieusement le beau-frère avait disparu dans la nature jusqu’à ce jour. Ces marchandises ont connue une destination inconnue. Il a rappelé que ces faits sont punis par les dispositions de l’article 95 du code pénal livre un. Il a martelé que le cité est le petit frère du mari de la sœur de sa cliente. C’est pour ça qu’il avait préféré coopéré avec lui. Et ce dernier a profité de cet aspect confiance pour agir de la sorte. Il a renchéri que cette affaire date depuis octobre 2011. 

            Le cité par le canal de ses avocats a indiqué qu’il ne pas un voleur. Et ce n’est pas non plus lui qui avait acheté les marchandises pour la citante. Ils ont voyagé ensemble, et chacun avait acheté individuellement ses articles. Il avait simplement pris l’engagement de ramener lesdites marchandises achetées ensemble pour des raisons d’aide. Mais curieusement ça tourné mal contre lui.  Les avocats du cité ont indiqué que c’est l’agence auprès de laquelle  leur client avait expédié les marchandises qui avait connu des problèmes administratifs. C’est ainsi que les choses sont allées mal. Il a soutenu que jusqu’aujourd’hui les fameuses marchandises se trouvent à Dubai il n’a jamais retiré ça. En ce qui concerne le remboursement,  ces avocats ont affirmé que leur client ne doit que 7000 dollars et non 12625$ comme confirmé de l’autre coté. A Dubaï lorsqu’un commerçant achète des marchandises dans un magasin on ne lui remet pas la facture. C’est à l’agence où les marchandises seront expédiées qu’on donne la facture. C’est ne pas le client de la marchandise qui détiendrais les preuves du paiement.

Murka

LEAVE A REPLY

*