Une assistante de l’ISTA devant la barre

0
54

Le Tribunal de paix de la Gombe, siégeant sous la présidence du juge Desse, assisté du greffier Mbambu, a instruit hier mardi, l’affaire inscrite sous RP 21.321, qui opposait Sylvain Mande Kalanda, en date du 29 juillet dernier, à mademoiselle Josée Kabisa, tous deux employés à l’ISTA. 

Le premier avait traîné la seconde en justice pour diffamation, imputations dommageables et dénonciations calomnieuses.

            Selon Maître Yala Tutu, avocat de Sylvain Mande qui avait saisi le Tribunal à la date précitée, par citation directe, son client est accusé de harcèlement sexuel et des menaces envers Josée Kizinga, qui était absente ce jour-là à l’audience. Accusation qui, à ses yeux est constitutive des infractions énumérées ci-haut. Aussi avait-il déclaré qu’en droit, les infractions de diffamation sont condamnables, raison pour laquelle, il avait demandé aux juges toujours en date du 29 juillet, de condamner la partie citée à payer au requérant, la somme de 10.000$ pour réparation de tous les préjudices confondus. 

« Le contenu de la lettre portait l’objet d’harcèlements et menace contre ma personne, adressée en date du 5 juillet 2010, à la ministre du Genre et Famille par Josée Kizinga, a été porté à la connaissance du tribunal de céans ». « Il en ressort des accusations de cette dernière, assistante à la section électronique, qu’elle serait l’objet des avances de M. Mande depuis 1999 et aux quelles elle s’est toujours opposée d’un refus catégorique ». Dans une lettre liée à cette même affaire, adressée à l’inspecteur général des services judiciaires, avec ampliation au procureur général de la République, et au ministère de la Justice en date du 3 juillet 2010, mademoiselle Josée accuse le magistrat du parquet de grande instance de matete, de tentative de vouloir orienter, voire extorqué des aveux de la part en usant même du mensonge. a indiqué l’avocat de la partie citée.

            Cette même affaire a été soulevée hier, par la partie citée qui, cette fois-ci a comparu volontairement à l’audience, pour protester contre des accusations portées contre elle, par Sylvain Mande. Mlle Josée indique qu’elle était en voyage, raison pour laquelle elle n’a pas comparu le 29juillet 2010, et que c’était elle qui avait promis à la partie citante de la poursuivre au tribunal, pour ses avances à son égard. La partie citante l’a devancé pour raconter des mensonges au tribunal, a-t-elle déclaré.

            Maître Thom Musuluku, conseiller de la partie citée rappelle qu’il faut justifier la justice du justiciable, raison pour laquelle sa cliente a comparu.

            Le tribunal a pris l’affaire en délibérée pour rendre le jugement dans le délai de la loi.   

Muriel Kadima        

 

LEAVE A REPLY

*