Une ambiance de carnaval

0
41

Cadres et combattants de l’UDPS ainsi que ceux d’autres partis alliés de l’opposition politique tels que l’UNC (Union pour la Nation Congolaise), le MLC (Mouvement de Libération du Congo), la DC (Démocratie Chrétienne), le MPCR (Mouvement du Peuple Congolais pour la République), CD (Chrétiens Démocrates)…ont convergé vers le Stade Tata Raphaël hier à partir de 10 heures. Bus, taxi-bus et taxis ne faisaient que « vomir » sur les avenues Sendwe, Victoire et Kasa-Vubu des hommes, des femmes et des enfants en provenance des 24 communes de la capitale.

Les partisans de l’UDPS étaient facilement reconnaissables aux pagnes, T.shirt et képis frappés à l’effigie d’Etienne Tshisekedi ainsi qu’aux drapeaux et drapelets qu’ils faisaient flotter au vent. Plusieurs leaders de l’opposition sont venus témoigner leur solidarité à leur aîné, notamment Gilbert Kiakwama, Jean-Claude Vuemba, Chalupa, Ewanga, Roger Lumbala, Eugène Diomi Ndongala, Maman Pakasa, Fayulu et tant d’autres. Les communautés estudiantines de plusieurs établissements d’enseignement supérieur étaient aussi visibles sur le lieu.

La foule a grossi au point de dépasser les 70.000 âmes peu avant 14 heures si l’on tient compte du fait que ce stade peut accueillir 50.000 personnes assises. Tshisekedi, accompagné des milliers de combattants qui l’ont « escorté » de sa résidence de Limete jusqu’au stade, est entré par le portail situé entre le pourtour et la tribune de Daring Club Motema Pembe. Il a dû se frayer un passage à travers la zone « neutre » pour se présenter jusqu’au podium érigé pour la circonstance, où il a dû s’asseoir pendant quelques minutes pour suivre une partie d’animation.

 

A l’intérieur du stade, l’ambiance était entretenue par l’artiste musicien Marie Paul alias « Roi Pelé » et son groupe. Ce musicien a particulièrement enflammé l’assistance lorsqu’il a exécuté un air dédié à Etienne Tshisekedi et l’UDPS intitulé « Sete ya mokolo » (le coup de clou de l’aîné). Avant que le meeting proprement ne démarre autour de 14 h30, la foule a chanté l’hymne national, suivi peu après de l’hymne de l’UDPS.
En luminaire, Tshisekedi a salué le public dans les quatre langues nationales : lingala, swahili, kikongo et tshiluba.
En dépit de la nombreuse assistance, le cordon de sécurité composé pour la circonstance des policiers et d’encadreurs de l’UDPS a préservé la pelouse synthétique de toute incursion humaine.  Le « plein » réussi par Etienne Tshisekedi fera date dans les annales des meetings populaires à Kinshasa. Son mot d’ordre du retour dans le calme et la discipline a été scrupuleusement respecté.

Kembia Tshamala Anastasie (Stagiaire/Ifasic)

LEAVE A REPLY

*