Un surveillant de «Kin-Mart» drogue ses collègues et emporte plus de 95 millions de FC

0
273

images (24)Le système de protection des installations des Alimentations «  Kin-Mart », situées au coin du Boulevard du 30 juin et de l’avenue de la Presse, à Gombe, que l’on croyait depuis des années, infranchissable par des malfaiteurs, s’est révélé dernièrement poreux.  En effet, avec une armada composée des policiers armés des Uzi ou des Kalachnikov, des surveillants et des agents de la société de gardiennage «  Tango »,  ce système très efficace dans d’autres grandes entreprises de la place, a curieusement dévoilé ses failles, causant ainsi des pertes incommensurables que les dirigeants de ce supermarché, ne pourront pas compenser de si tôt.

Jusque vendredi 18 avril 2014, tout pourtant semblait toujours au point. Et les rapports de surveillance ne signalaient aucun incident particulier. Tout était en ordre. Le dimanche de Pâques par contre, des nouvelles étaient si alarmantes que la police a été saisie pour enquêter sur le climat d’insécurité qui a régné dans la nuit du samedi 19 au dimanche 20 avril 2014.

Quand les gestionnaires sont arrivés à ce supermarché, pour ouvrir les portes et donner le coup d’envoi des ventes de la journée, ils n’ont pas pu parler à l’équipe de surveillance composée des policiers et des agents de la société de gardiennage. Etalés par terre et plongés dans un sommeil cadavérique, chacun dans son coin, ils semblaient tous drogués.

C’est à la caisse centrale qu’ils trouveront les serrures des portes déverrouillées, le grand coffre-fort détraqué et vidé de son contenu. Les enquêteurs de la Police d’investigations criminelles lâchés sur ce dossier, ont vite compris que ce mode opératoire ne réussit que grâce à la complicité des surveillants, présents sur le lieu, la nuit des faits. C’est à partir de cet indice que les soupçons ont été orientés vers un membre de l’équipe de garde, qui avait disparu très tard de son poste de travail, sans laisser des consignes particulières, ni signaler son lieu de destination.

Dans la caisse, le désastre était visible. La porte du coffre-fort entrouverte, seuls quelques documents comptables y traînaient encore. Pas le moindre billet de banque. Tout était emporté par des malfaiteurs. Il y avait 250.000 dollars et 2.245 Euros. Les sacs contenant 95 millions de Francs congolais, ont également disparu.

            Hier lundi, après des séances de désintoxication, les membres de l’équipe de surveillance ont retrouvé enfin leurs esprits et livré quelques bribes d’informations.

            «Notre collègue, Carlos Kabokola, nous avait offert des mets lui apportés par son amante. C’était bien préparé, la sauce était bien assaisonnée d’épices et les morceaux de viande si tendres que nous avons bien mangé», se rappelle aujourd’hui, un surveillant, une pointe de nostalgie mêlée de remords. Et après ce repas, c’était le sommeil profond. « Nous ne savons plus la suite ! », devait conclure un autre agent de Kin-Mart.

            Selon des informations qui ont été rélayées plus tard par d’autres sources, les membres de la bande des cambrioleurs ont placé leur jeep derrière le Supermarché et embarqué leur gros butin. On raconte même que les sacs de liasses de francs congolais étaient mal fermés, que dans la fuite de ces malfrats, une partie des billets de banque s’est déversée sur la chaussée, attirant des badauds friands de tels incidents. C’est plus tard qu’ils apprendront qu’un cambriolage avait été commis aux Alimentations Kin-Mart.

            Aux dernières nouvelles, on apprend qu’avec la traque des malfaiteurs lancée par des policiers, le fameux agent de la société de gardiennage Tango, Carlos Kabokola, a déserté son domicile pour une destination inconnue. A partir des traces laissées à son adresse, on croit savoir que les enquêteurs ne tarderont pas à le surprendre dans son actuel lieu de refuge.

Affaire à suivre !         J.R.T.

LEAVE A REPLY

*