Un réseau des journalistes autour du climat-énergie

0
85

L’organisation  Jeunes Volontaires pour l’Environnement (JVE-RDC), a organisé, le vendredi 25 septembre 2015, un atelier de formation en faveur des journalistes des médias kinois afin de renforcer leurs connaissances sur le climat-énergie et la Cop 21 (la 21ème Conférence des Parties à la Convention Cadre des Nations Unies sur le Changement Climatique) qui va se tenir cette année en France, à Paris, du 30 novembre au 11 décembre.

 

Organisé avec l’appui du Réseau Climat et Développement  (RCD), WWF et Initiative Climat et Reed (ICR), cette session de formation avait pour tache, de former les jeunes journalistes, capables de fournir des informations importantes sur le climat et l’énergie, afin de leur permettre une meilleure perception, compréhension et maîtrise des notions relatives aux changements climatiques, leurs impacts, ainsi que les différentes solutions éventuelles, gage d’une meilleure sensibilisation du public.

Après l’ouverture officielle des travaux par l’assistant du ministre provincial des Mines, Arts, Culture et Tourisme, les 20 professionnels des médias conviés à prendre part à cette session, ont suivi à trois exposés sur la Cop 21 et ses enjeux, par le président du JVE, Taty Maniania, les défis du Changement Climatique, les négociations climat par Me Eric Kassongo et les informations pratiques sur le Changement  Climatique par le professeur Jean-Pierre Beya Dibue.

S’agissant de l’importance et grands enjeux de la Cop 21, Tty Maniania a expliqué que ce nième rendez-vous devrait aboutir à un accord international sur le climat, qui permettra de contenir le rechauffement global en deçà de 2 degrés conformément au rapport du GIEC. Cette conférence de Paris doit répondre au double défi du climat et de la lutte contre la pauvreté dans les pays les plus affectés par le phénomène, et contribuer ainsi à la justice climatique.

Eric Kassonga a quant à lui, passé en revue les différents accords ayant été pris dans le passé jusqu’à ce jour, concernant cette lutte du CC. Il s’agit de la Convention Cadre des Nations Unies sur le Changement Climatique signée en 1992, du protocole de Kyoto I et II ainsi que des 3 mécanismes de fléxibilité.

Après les différents exposés et questions aux intervenants, les participants ont formulés des propositions et recommandations à l’intension des organisateurs afin de d’atteindre les objectifs de cet atelier.

Il sied de noter que cet atelier de formation va aboutir, dans les prochains jours, à la création d’un réseau des jeunes journalistes engagés dans l’éducation environnementale et le climat-énergie. Ils pourrons ensemble renforcer la lutte médiatique contre le réchauffement climatique et ses causes d’origine humaine.

Myriam Iragi