Un nouveau projet d’éducation civique et électorale lancé

0
576

Ceni_1 (1)Dans le souci d’accompagner les institutions de la RDC dans le processus électoral ,  « Counterpart international », une ONG internationale, a procédé hier jeudi 2 juillet à la « Maison des Elections », dans la commune de la Gombe, au lancement officiel du programme d’éducation civique et électorale dénommé « Congo Demokrasia ». Financé par la coopération britannique et américaine, ce projet vise à sensibiliser les Congolais sur le processus électoral, leur rôle en tant qu’électeurs, afin de leur permettre d’y participer de manière pacifique et responsable. Selon les organisateurs, le budget dudit programme devrait atteindre 16 millions de dollars d’ici 2016.

 «Countepart international », qui assure sa mise en œuvre, travaillera en étroite collaboration avec la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI), ainsi que les organisations de la société civile.

            Dans son mot de bienvenue, Christopher Pycroft, chef de mission de la coopération britannique, a salué l’engament et la détermination des institutions du pays qui ne ménagent aucun effort pour mener à bon port le train des élections, qui devra atteindre la gare d’ici là.  D’où l’importance pour la communauté internationale d’accompagner la RDC dans cette noble tâche consistant à asseoir la démocratie sur des assises solides. «  Pour opérer un choix judicieux de leurs dirigeants, les citoyens doivent bien comprendre  les enjeux. Pour cela, il est essentiel de les pourvoir  d’une bonne éducation civique et électorale », a-t-il déclaré.

Pour sa part, Diana Putman, directrice de l’USAID en RDC, a appelé les organisations de la société civile, en collaboration avec la Ceni, à sensibiliser la population sur l’importance d’une participation citoyenne pacifique et de mener des plaidoyers qui montrent leur détermination à représenter les intérêts des Congolais auprès de la Ceni.

            Par ailleurs, elle a rappelé que ce projet vient compléter trois autres programmes que l’USAID a déjà mis en œuvre sur le terrain. Il s’agit notamment de l’activité sur le renforcement des capacités des femmes et des jeunes à participer à la vie politique comme agent de changement et de modernisation, l’activité sur l’observation électorale dans le but de former les observateurs à court et long terme et celle relative  à l’appui technique de la Ceni,  à travers la subvention que le gouvernement américain a octroyée au PNUD.

            De son côté, André Pungwe, vice-président de la Ceni, a réitéré la disponibilité de la structure électorale  à collaborer avec l’ONG « Counterpart International » en vue de favoriser la tenue d’élections libres,  transparentes et crédibles. Il a, à cet effet, invité toutes les associations de la société civile engagées aux côtés de la CENI à se mobiliser davantage, afin  d’accroitre la participation des populations, notamment les femmes et les jeunes, au processus électoral.

            André Pungwe a souligné que les attentes de la CENI, dans cette campagne, sont nombreuses et tournent autour de l’impact qu’elle doit produire dans la quête de la gouvernance démocratique. Il faudra qu’elle change qualitativement les mentalités des populations sur la démocratie et la participation aux élections, a-t-il indiqué.

Perside DIAWAKU