Un nouveau livre sur l’histoire du Congo

0
236

Nul n’est sans ignorer que le livre connaît un très lourd déficit en République Démocratique du Congo. Le désastre est tel que les tirages sont honteusement bas. Pourtant, divers instituts supérieurs et universités du pays mettent chaque année sur le marché, un important nombre des diplômés issus de différentes filières. Ils devaient avoir le réflexe de consommer des œuvres littéraires, d’autant plus qu’ils se sont pliés à cet exerce sur le banc de l’école. C’est ainsi que beaucoup de Congolais acceptent aveuglement ce qu’on leur raconte concernant l’histoire de leur propre pays, sans pourtant prendre la précaution de se documenter et vérifier son authenticité.

C’est dans ce contexte que le patron de l’Usine de Panification de Kinshasa(UPAK), Gerasimos Dounis, s’est impliqué dans la distribution d’un lot important d’exemplaires du livre intitulé « Vraiment Congo, une Tribu ! », à l’intention des agents et cadres de cette usine, leurs femmes et leurs enfants, le samedi 7 et hier dimanche 8 mars 2015 dans la commune de Kasa-Vubu. Cela, en vue de participer à la promotion de la culture de la lecture dans le chef du peuple  congolais en général et de ses milliers de travailleurs en emploi direct et indirect.  L’UPAK a couplé cette action culturelle innovante avec la célébration de la naissance du fondateur  de cette grande industrie, Thomas Dounis, né le 03 mars 1934.
A en croire le chef du personnel et le directeur des ressources humaines de cette usine, le choix de ce livre fait suite à son caractère purement instructif, dans la mesure où il retrace de manière simple l’histoire du Congo, accablée de mythes accumulés et dupliqués par copier-coller. Et cet ouvrage, édité par Médiaspaul, vient rectifier les montagnes de contre-vérités dans une écriture facile et en trois langues (français, swahili et lingala).  Le tout est  illustré par des images et des cartes inédites.
Concernant la problématique de la lecture du livre en RDC, Marcel Yabili dit « yaya Asani » a repris dans ses propos, qu’on peut y remédier si l’on renouvelle  son offre par une nouvelle écriture attrayante et des ouvrages de qualité avec des courts récits, à moindre coût.  Par exemple, un livre de 200 pages, tiré à 2.500 exemplaires, pourrait être écoulé à raison de 10 exemplaires pour chacun des 250 territoires du pays. Et se vendre à 10 USD seulement.
D’après lui, il est important de multiplier les supports, étant donné que la RDC a une bonne couverture téléphonique donnant accès à internet 3G. Ce qui permet la diffusion  des livres électroniques (Ebook), même aux populations isolées. De la  même manière, le livre peut être lu et enregistré sur CD (audio livre).
C’est dans ces nouveaux formats qu’est conçu le livre « Vraiment : Congo, une tribu », qui se vend à un prix ne dépassant pas 9.500 francs. Selon l’auteur, on pourra évaluer, avec cette nouvelle stratégie, si réellement les Congolais qui lisent plus facilement la Bible, sont aussi capables de consommer des œuvres littéraires. «Il est bien possible que les gens ne lisent pas parce qu’ils n’ont pas été dépucelés et n’ont pas eu des occasions de goûter à un fruit défendu. Ils ne savent pas que le livre est un véhicule d’informations et de sensations, plus puissant que des réalisations cinématographiques, parce que chaque lecteur perçoit et construit ses propres images ».
Parmi les thèmes exploités dans cet ouvrage, il y a notamment « le chemin de fer congolais en Chine », « un Anglais fait tuer un Tanzanien », « la Belgique n’a pas accordé mais a restitué l’indépendance », « une barbarie universelle », « le seul Etat non colonisé en 1885 »,  « des martyrs sans noms ni tombes », etc.
Il sied de noter que Yaya Asani est l’auteur de plusieurs ouvrages, dont celui portant le titre de « La Cour constitutionnelle et ses compétences ».
Perside Diawaku