Un million USD du gouvernement à Tshitshi : faux !

0
34

Les férus de l’Internet sont troublés, depuis le dernier week-end, par des informations faisant état du versement, par le gouvernement congolais, d’une cagnotte d’un million de dollars américains en faveur d’Etienne Tshisekedi, sans autre précision. Ce fond, précisent les différentes sources qui en font leurs choux gras sur le net, aurait été libéré au cours de ce mois d’octobre, pendant que le président national de l’UDPS continue de séjourner en Europe, plus précisément en Belgique.

Réagissant à cette campagne surnoise de dénigrement, le Secrétaire général de ce parti, Jacquemain Shabani, a commencé par exprimer sa profonde indignation face à ce qu’il a qualifié d’informations fantaisistes. Selon lui, la vérité se trouve ailleurs. Le dossier de cet argent, a-t-il révélé, remonte aux années CNS (Conférence Nationale Souveraine), à l’époque où Etienne Tshisekedi avait exercé les fonctions de Premier ministre (octobre – décembre 1992) élu par les « Conférenciers ».
L’Etat congolais, qui avait hérité du passif et de l’actif de l’Etat zaïrois en mai 1997, lui devait, au titre d’arriérés d’émoluments impayés, une somme globale évaluée à 1.50.000 Usd (un million cinquante mille dollars américains). Cette dette, a indiqué le Secrétaire général de l’UDPS, avait été auditée et certifiée par plusieurs structures nationales et internationales, dont le PNUD (Programme des Nations Unies pour le Développement), puis finalement versée dans la rubrique de la « dette intérieure » au niveau de l’Office de Gestion de la Dette Publique (Ogedep).

Après un long silence, c’est finalement au mois de mars 2011 que l’Etat congolais s’est décidé à verser à Etienne Tshisekedi, au terme d’une longue procédure, un acompte de l’ordre de 150.000 dollars américains. En faisant une soustraction mathématique, on constate que le Trésor public congolais doit encore au Premier ministre élu par la CNS la rondelette somme de 900.000 dollars Usd.

Analysé sous toutes les coutures, ce contentieux est né à la suite d’un droit reconnu à Etienne Tshisekedi et attesté par des audits appropriés. Dès lors, on se demande à quelles fins le dossier a-t-il été mis en ligne. Ce coup donné en dessous de la ceinture viserait-il à faire passer ce candidat à la présidentielle pour le bénéficiaire d’un droit illicite ou pour un corrompu au service du pouvoir ? A bien lire ce montage, il donne l’impression que Tshisekedi serait en train de battre campagne aux frais de la République, alors qu’il n’en est rien. En tous les cas, l’exhumation intempestive d’un tel dossier, en des termes inexacts par rapport à la réalité, montre que pendant la campagne électorale, la diabolisation systématique des adversaires politiques risque d’être l’arme principale de propagande au niveau de certains états-majors politiques.

Kimp

 

LEAVE A REPLY

*