Un « kuluna » de la PCR provoque des accidents à Matonge

0
54

C’est une véritable scène de « Kuluna », ou tout au moins ce qui lui ressemble, à laquelle la population a assisté avec émotion hier mardi 20 juin vers 13h30, à Matonge, dans la commune de Kalamu.

Ce qui est étonnant dans cette rocambolesque affaire, c’est le fait que l’acteur principal de la scène est un agent de la PCR (Police de circulation routière). 

            En effet, ceux qui étaient autour du rond-point Victoire ont seulement remarqué qu’un véhicule venant dans le sens interdit, roulait à vive allure, percutant tout ce qu’il rencontrait au passage.

            A la base : le conducteur dudit véhicule, un taxi-bus de marque Liteace affecté au transport public, se disputait le volant avec un agent de la PCR qui tenait à tout à le lui ravir.

            Déterminé à fuir son « bourreau », le chauffeur a quitté la bande menant vers Kauka en provenance de Victoire pour emprunter celle de montée. Conséquence : dès qu’il a traversé sa bande pour emprunter l’opposée, il a percuté un camion poids lourds. Mais grâce à la prudence du conducteur du grand camion qui a dû monter la bordure de sorte à l’éviter, le chauffeur en cavale  s’en est sorti non sans casse. Tout le calendre de lumière du côté droit où il se trouvait, le bus étant de volant droite, s’est brisé des suites du choc.

            Avant de laisser la portière latérale au deuxième choc avec une jeep de marque Suzuki Samurai, qu’il a encore percutée à quelque dix mètres du premier accident avec le camion. 

            Personne ne voulant lâcher prise, c’était comme dans un film d’action la scène à laquelle le public a assisté dans la stupéfaction.

            Tout le monde alerté par ce rallye dangereux, s’est mis à contempler la scène avec émotion et sous des cris nourris.

            Dans la foulée de ces cris, la population ne parvenait pas à comprendre l’attitude d’un agent dit de l’ordre qui se disputait le volant avec un chauffeur au risque de provoquer la mort d’hommes si jamais l’engin n’était pas maîtrisé. 

Oleko a prêché dans le désert ! 

            Apparemment, l’inspecteur provincial de la ville de Kinshasa semble avoir prêché dans le désert. Son « évangile » est tombé dans des oreilles sourdes.

            C’est l’impression que les Kinois éprouvent face au comportement indécent des agents de la PCR qui, au lieu de faire leur travail de réguler la circulation, ont toujours l’attention tournée vers le « perdiem ». Alors qu’il n’y a pas longtemps lorsque le numéro un de la PNC/Kinshasa avait tenu la causerie morale avec toutes les unités de son corps, le général Oleko avait même brandi, à ce sujet, des menaces à l’endroit des récalcitrants.

            Sur le terrain, le comportement des agents de la PCR n’a pas changé. Par contre, la tendance est à l’exagération comme s’ils étaient en course pour récupérer le temps perdu, c’est-à-dire la période de courtoisie décrétée par l’autorité à la veille du Cinquantenaire, où il leur était interdit d’arrêter les conducteurs pour manque ou infractions ordinaires liées à la circulation.

            La course effrénée à l’argent dont font montre la plupart des agents de la PCR au préjudice même de leur dignité face à la société, fait qu’à ce jour leur rôle se limite seulement à arrêter. Le conseil n’existe presque plus dans leur travail. Même là où on peut prodiguer des conseils au conducteur, tout est devenu infraction à sanctionner à tout prix ! Ce qui fait qu’ils  en créent même de toutes pièces.

            Car, au lieu de se disputer le volant avec un conducteur au risque de provoquer des accidents et faire périr des gens, il est mieux indiqué de prélever le numéro de la plaque minéralogique du véhicule fautif, puis remonter jusqu’à la DGI (direction générale des impôts) en vue d’identifier le véhicule, et par ricochet connaître celui qui le conduisait pour lui faire subir la rigueur de la loi.

            Au cas contraire, le carrefour dispose des motards équipés pour poursuivre le fuyard avec professionnalisme, de manière à l’attraper sans incident.

            Mais ce qui s’est passé hier à Matonge n’est pas de nature ni à protéger la population et préserver l’ordre public, ni encore à honorer l’image de la PCR.

Dom 

 

LEAVE A REPLY

*