Un élu de Matadi veut opposer l’exécutif et le législatif

0
7

Est-ce par bêtise, jalousie ou mauvaise foi qu’un député national s’est permis de saisir le président de l’Assemblée provinciale pour lui reprocher d’avoir accompagné le gouverneur de la province et d’autres responsables administratifs et politiques lors de la visite privée de la première Dame au Bas-Congo ? Cet élu de Matadi dont nous taisons le nom pour des raisons déontologiques est toujours présent dans les médias locaux et de la capitale pour vilipender les honnêtes gens.

 Dans une lettre sulfureuse, cet élu de Matadi s’en est pris avec la dernière ardeur au président de l’Assemblée provinciale en ces termes : « en vertu de quoi ou de quel principe pouvez-vous vous permettre d’annuler une plénière consacrée au contrôle parlementaire juste pour aller assister avec plusieurs de vos collègues à la conférence de presse de Monsieur le Gouverneur du Bas-Congo ? En vertu de quoi, en date du 23 février 2014, vous êtes-vous permis, vous et la quasi-totalité de vos collègues de l’Assemblée Provinciale d’accompagner le gouverneur à Kinshasa, dans son show politico-religieux à Nzo-di-kanda-limete devant la Première Dame et l’évêque du diocèse de Boma ».  Dans la tradition Ne-Kongo, ce genre des propos ont énervé plus d’une personne. Non seulement, cette rencontre avait été organisée en l’honneur de la Première Dame qui tenait à échanger avec ses frères et sœurs, mais en plus, la First Lady en a profité pour remettre des dons au diocèse de Boma, dont elle est originaire et où son défunt père avait été baptisé et fourbi ses premières armes scolaires à l’instar de nombreuses personnalités de cette province. Quoi de plus normal que les têtes couronnées de la province effectuent le déplacement de  la capitale pour vivre ces moments inhabituels.

Les notabilités Ne-Kongo n’ont pas du tout apprécié cette prise de position de celui qui se targue d’avoir servi de chauffeur au cortège d’Etienne TSHISEKEDI lors de la campagne électorale présidentielle de novembre 2011, ce qui lui avait permis d’être élu à Matadi. Qu’il ne partage pas les convictions chrétiennes catholiques de la First Lady et de tous ceux qui ont tenu à répondre à cette invitation de Limete, personne ne lui tient rigueur. Mais là où le bât blesse, c’est lorsqu’il se donne la liberté de vouloir faire des leçons de morale politique aux autres personnalités politiques de sa province, en se comportant comme s’il exerçait les fonctions de ministre de l’Intérieur, de  Premier Ministre ou de Président de la République pour faire des reproches à un président de l’Assemblée Provinciale et ses collègues !

Chercher des poux sur la tête

 De tels propos sont de nature à envenimer les rapports entre deux institutions de la province, se sont indignés de nombreuses personnalités Ne-Kongo fortement scandalisés et qui n’en reviennent toujours pas. De quoi veut se mêler l’élu de Matadi ? Que gagnerait-il d’un conflit ouvert entre l’exécutif et le législatif de la province du Bas-Congo, juste au moment où au niveau tant national que provincial, l’on se bat pour raffermir la cohésion des Congolais fatigués de ces longues guerres injustes leur imposées par des Etats voisins de l’Est ?

A quel niveau se trouverait le tort ou le péché mortel commis par le président de l’Assemblée provinciale ? Quel crime a-t-il commis pour avoir répondu à l’appel d’autres Ne-Kongo pour rendre hommage à la Première Dame ? Les Ne-Kongo se disent fort rattachés à leur culture de tolérance et surtout du respect profond aux autorités et particulièrement aux mamans. Ils condamnent avec la dernière énergie toute démarche de nature à entretenir des conflits inutiles au niveau des institutions tant nationales que provinciales.

F.M.

LEAVE A REPLY

*