Un drogueur des taximen enfin appréhendé

0
47

taximenAprès une longue saison où dans la ville de Kinshasa, les voleurs de voitures avaient moissonné une série de butins, allant de voiturettes aux grosses cylindrées, en passant par les berlines et les jeeps quatre fois quatre, la période de coups de filet des malfaiteurs par la police, semble s’égrener au fil des jours et des semaines, au point que les malfrats croyent que dame chance leur a tourné le dos.

Depuis octobre 2013, alors que les braqueurs s’illustraient par des attaques à main armée directes sur des conducteurs à Ngaliema, Bandalungwa, Mont Ngafula, Lemba et Limete, les spécialistes de déverrouillage des portières et de fausses clés de contact se déployaient à Gombe, Matonge, Yolo, Limete, faisant disparaître des parkings, quelques véhicules en très bon état mécanique. Les voitures souvent ciblées durant cette saison, étaient la Mercedes Benz 190, la jeep Toyota Rav 4 châssis court, la Toyota Land Cruiser de luxe quatre portières et la Mitsubishi Lancer station wagon.

Mais il y avait aussi cette autre catégorie des voleurs de véhicules qui sont entrés dans la légende en approchant leurs victimes. Tout se passe comme entre des copains. Entretien pour échanger sur les tarifs de location du véhicule. Les voleurs proposent d’abord des heures de location, pour appâter les victimes qui pensent que par ce marché, elles vont réaliser de bonnes affaires. Et avant de conclure cette transaction, un verre d’amitié est partagé. C’est là que les choses se gâtent pour les conducteurs.

Après s’être désaltérés, ils plongent dans un profond sommeil et s’effondrent sur les chaises de terrasses. Les voleurs n’ont qu’à fouiller les poches, soutirer les clefs de contact et les documents de bord. Ils disparaissent aussitôt en abandonnant les victimes à l’insu ou sous la responsabilité des barmen.

C’est dans cette dernière catégorie de malfaiteurs que se recrute un certain «  Billet vert », voleur solitaire qui a moissonné plusieurs butins en moins de six mois. Dans son mode opératoire, au lieu de recourir aux armes de guerre, ce bandit utilise le baratin et quelques comprimés de somnifères. Avec ses deux outils de travail, aucun chauffeur ne lui résiste. Car, aucun ne refusera la location de sa voiture pour pouvoir réaliser le double du montant de son versement journalier.

Un jeune conducteur assez naïf roulait l’autre jour, dans sa voiturette Toyota IST de couleur rouge, immatriculée 3742 AP/01. Depuis le matin jusque cet après-midi, les clients se succédaient. Souriant, il pressentait que la journée sera fructueuse. Et quand il a été hélé par un client, il a rêvé d’une course express pouvant lui rapporter plus que la moyenne de ses recettes journalières. Il s’arrête pour négocier la course avec ce dernier. «  Billet vert », le malfrat de renom, va l’entraîner dans une terrasse autour d’un verre de limonade.

Il était gentil, ce client qui songe à offrir un verre de bière au chauffeur, a pensé le jeune taximan. Or, c’était la stratégie qui réussit à la plupart des coups.

Des minutes plus tard, le taximan ne se rappellera plus de rien, ses esprits l’ayant quitté. Le lendemain au réveil, il est étalé sur un lit de malade dans un dispensaire. Ses questions aux infirmiers ne trouveront pas de réponse. La seule chose qu’on va lui révéler est qu’il a été amené inanimé dans ce poste de secours médical. Après que ses frères aient payé pour les premiers frais de consultation et de traitement, ils sont partis.

Mais qui sont ces frères ? Comment s’appellent-ils ? Qu’est-ce qu’ils ont dit avant de s’en aller ? Dans le dispensaire, on ne retient rien de ces personnes dont on ignore le nombre et qui avaient transporté le taximan.

Et ma voiture ? Elle est où ? Où sont les clés de contact et les documents de bord ?   Le jeune homme a fini par comprendre que le fameux client sympathique doit avoir emporté la Toyota IST de couleur rouge.

Après des jours, les enquêteurs de la police criminelle retrouvaient enfin la voiture garée dans un parking. Le conducteur fier de posséder cette Toyota, faisait tournoyer les clés de contact. Dès qu’il a ouvert la portière avant, les policiers sautaient sur lui et passaient à l’interpellation. Mis aussitôt aux arrêts, ce malfaiteur a été conduit sous bonne escorte à l’état-major de la Police criminelle et soumis immédiatement à un interrogatoire serré.

Billet vert est identifié. De ses vrais noms, il s’appelle Kuba Mayimona Patrick . Le délinquant serait domicilié sur avenue Nsingi, quartier Sans fil, commune de Masina.

Les limiers, avons-nous appris hier, fouinent dans son passé pour reconstituer son palmarès de vols de véhicules. Il devra également révéler aux policiers , où il s’approvisionne régulièrement en somnifères et comment il écoule ses butins. Un véritable travail de fourmi attend donc les policiers.

Affaire à suivre !

J.R.T.   

LEAVE A REPLY

*