Un des pères de l’indépendance : Bomboko n’est plus

1
94

bomboko Le patriarche Justin-Marie Bomboko, un des pères de l’indépendance, a tiré sa révérence hier jeudi 10 avril 2014 vers 14 heures, à l’hôpital Saint Luc de Bruxelles. Le Phare a appris des sources familiales qu’il y était admis il y a une dizaine de jours, à la suite des ennuis cardiaques et d’autres pathologies liés à son âge fort avancé. Né en septembre 1928, il allait fêter son 86me anniversaire en septembre prochain.

            En attendant le programme des funérailles, les membres de sa famille, les amis et connaissances se recueillent en sa résidence de Binza/Pigeon, dans la commune de Ngaliema, sur l’avenue John Kennedy (ex-Nyiwa).

            On rappelle que l’homme qui vient de quitter ce monde appartient à la génération des pères de l’indépendance et fut, jusqu’à sa mort, le numéro des notables de l’ethnie de la province de l’Equateur. Justin-Marie Bomboko fut, durant les premières années de l’indépendance et durant celles du règne de Mobutu, ministre des Affaires Etrangères. Parrain de plusieurs politiciens et technocrates de sa province comme celle d’autres coins de la République, il était compté, à l’époque de sa gloire, parmi les personnalités politiques congolaises au carnet d’adresses très fourni.

 Membre du célèbre « Groupe de Binza », il fut de tous les combats politiques des deux premières Républiques. Membre du Bureau Politique puis du Comité Central du MPR (Mouvement de Libération du Congo), il est à compter parmi les fidèles des fidèles du régime de feu Maréchal de l’ex-Zaïre.

Compte tenu de son passé politique et de son appartenance à la catégorie des dignitaires de la République sous le label des « Pères de l’Indépendance », dont il fut décoré en 2012, il va certainement bénéficier des funérailles nationales.

                                        Kimp

1 COMMENT

  1. Correction: le MPR c’est le mouvement populaire de la revolution ,et non pas le mouvement de liberation du Congo.

    Commentaire: L’histoire nous renseigne que les membres du groupe de Binza furent tres actifs dans le complot ayant conduit a l’assassinat de Patrice Emery Lumumba, intrepide combattant de la liberte et de l’independance du Congo et premier Ministre elu du premier Gouvernement du Congo Independant. Ces hommes du groupe de Binza, Bomboko y compris, s’etaient employes a saper l’action politique de Lumumba sous la dictee des maîtres dont ils lechaient les culs en echange d’especes sonnantes. Des traitres. Il ne merite pas des funerailles nationales comme vous l’esperez. Car c’est a cause du rate politique dont ils sont les geniteurs que le Congo est encore et toujours a genoux. Ses pairs qui l’ont precede n’ayant pas joui de cet honneur, pourquoi le meriterait-il?

LEAVE A REPLY

*