Un député national de Boma recherché par un juge pénal

0
28

Il court le risque de subir le sort peu enviable de son ancien collègue Guy- Eugène DIOMI Ndongala, condamné à dix ans de prison et détenu à la Prison Centrale de Makala ! En effet, un élu de Boma est recherché par la justice de Boma car accusé d’avoir rendu grosses deux jeunes filles mineures, dont PLAMEDI, âgée de seize ans et une autre âgée de dix-sept ans, répondant au prénom de Noella. Les deux filles ont saisi le juge pénal qui a lancé un mandat de comparution à charge de ce député de Boma siégeant à la chambre basse pour le compte du MPCR, un parti de l’opposition radicale.

La colère des familles de ces deux jeunes filles mineures et rendues enceintes est montée de plusieurs crans lorsque des bruits fondés ont commencé à courir à Boma au sujet d’un jugement de divorce que cet élu avait obtenu le 19 novembre de l’année dernière, rendu public par le tribunal de Paix de Matete. Craignant que l’élu de Boma ne risque de disparaitre dans la nature, ces deux familles ont alors saisi le juge pénal pour obtenir sa condamnation à une peine privative de liberté assortie des dommages et intérêts.

Un récidiviste

 En même temps, après avoir examiné ce jugement N° R.C. 10.025, les avocats de ces deux familles y ont décelé des anomalies graves, notamment le fait que l’épouse de l’élu n’a jamais comparu elle-même ni personne pour la représenter. Par contre, il est fait mention des instances de conciliation alors que la dite épouse réside en Belgique depuis bientôt une année, où elle a introduit une demande d’asile politique sous prétexte de subir des tracasseries policières et des agents des services de sécurité. C’est en sa faveur que son mari avait utilisé un ancien condisciple de l’école secondaire, le nommé Séraphin LUZOLO pour lui faire parvenir une convocation de l’ANR en vue de renforcer sa demande d’un asile politique. L’infortuné LUZOLO a été appréhendé et se trouve encore en détention dans les cachots de l’ANR-Kinshasa pour des enquêtes pré-juridictionnelles. Comment peut-on alors faire état des instances de conciliation devant le juge aux affaires matrimoniales alors que l’un des conjoints et particulièrement l’épouse se trouve en Belgique ? Il y a donc des fortes présomptions que ce jugement soit un faux que cet élu de Boma compte utiliser pour des manœuvres dilatoires et maffieuses comme à ses habitudes. Un autre élément qui renforce le caractère de faux et usage de faux, c’est le fait que ce député national a mené depuis le mois de février dernier des démarches auprès de l’ANR par l’entremise de son ancien collègue du secondaire, le nommé LUZOLO Séraphin pour faire parvenir une convocation à son épouse en vue de l’obtention d’un permis de séjour pour des raisons politiques.

Cet élu, rappelle-t-on, est un véritable récidiviste. On retient à sa charge de nombreuses affaires sales, dont le trafic des êtres humains et des abus des biens sociaux. La veuve Mme NTOTO Masevo, résidant sur l’avenue Lisala N° 46 de la Commune de Kalamu à Boma est inconsolable pour avoir remis à ce député national des fortes sommes d’agent en devises étrangères et son titre de propriété pour faciliter le départ de son fils en Europe pour poursuivre  des études ou exercer un job. Deux jeunes gens répondant aux prénoms de Victor et Yves lui avaient eux aussi remis de fortes sommes d’argent en devises étrangères pour les mêmes démarches qu’il n’a jamais réalisées et le député de Boma est devenu introuvable car changeant continuellement des numéros d’appel.

En séjour illégal en Belgique

 Selon des bruits en provenance de Belgique, ce député national et son épouse seraient en voie d’être refoulés pour séjour irrégulier et de nombreuses plaintes introduites à leur charge par les victimes des abus des biens sociaux. Cela, suite au rejet ferme et catégorique signifié par les services d’immigration à leur demande des titres réguliers de séjour sur le territoire du Royaume de Belgique. Ce rejet a été renforcé par les mandats de recherche lancés par les services de la Direction Générale des Migrations de la RDC à charge de l’épouse du député suite à l’appréhension de l’infortuné Séraphin LUZOLO aujourd’hui détenu à l’ANR-Kinshasa. Dossier à suivre.

                            F.M.     

LEAVE A REPLY

*