Un défilé de la renaissance sénégalaise

0
55

Les cinquante ans de l’accession de la République du Sénégal à la souveraineté nationale ont eu comme point culminant le défilé grandiose sur l’Allée du Centenaire dans le quartier populaire de Colobane, à Médina. Civils et militaires ont fait montre d’une communion d’esprit qui caractérise le Sénégal depuis son indépendance : « la Terranga » ou terre d’hospitalité en langue wolof. La joie était visible sur tous les fronts, ce 4 avril 2010. Et, l’on ose croire que cette immense joie était partagée tant avec la population qui s’est pointée nombreuse au défilé tout comme ces téléspectateurs attentifs devant leurs petits écrans. Car, les rues de Dakar étaient presque toutes désertes à partir de 10h50’. L’heure où le Chef de l’Etat sénégalais, Me Abdoulaye Wade s’est engagé dans un cortège à partir de son Palais présidentiel jusqu’au lieu de l’événement.

 

Le tout beau patriarche, Wade a 84 ans, est accueilli par son Premier Ministre sous les 21 coups de canon. Après l’hymne national dans un silence méditatif, Wade s’avance avec beaucoup de vigueur, touche au passage le drapeau national en signe de respect et monte à bord d’une voiture présidentielle décapotable pour la revue des troupes. Ses faits et gestes sont guidés de près avec élégance par le méticuleux Chef du protocole d’Etat, l’Ambassadeur Bruno Diata, un symbole de la continuité de l’équilibre de l’Etat (doyen à ce poste car ayant servi aussi sous Léopold Sédar Senghor et Abdou Diouf). C’est donc lui qui l’emmène vers son siège, près de son épouse Viviane Wade. Mais, bien avant, il aura salué ses invités de marque qui honorent le Sénégal à ce jour commémoratif.Parmi eux, une vingtaine de Chefs d’Etat africains dont le burkinabé Blaise Compaoré, l’ivoirien Laurent Bagbo, le congolais Sassou Nguesso, le gabonais Ali Bongo, le tchadien Idriss Derby, le béninois Yayi Boni, le malien Amani Toumani Touré…  Et, quelques ministres calibrés tels : le Ministre français de l’Intérieur, de l’Outre mer et des Collectivités territoriales, Brice Hortefeux ; le Ministre des Affaires étrangères de la RD Congo, Alexis Tambwe Mwamba…

Ambiance inédite

Ce défilé du cinquantenaire du Sénégal a laissé des empreintes. D’une part, à cause de cette reconnaissance envers ses fils sous le drapeau, quelques généraux et officiers militaires ont été décorés chevaliers soit de l’ordre national de Lion ou de l’ordre national du Mérite. Décoration suivie d’un harmonieux défilé des troupes avec les engins de persuasion pour la paix que dispose la République Sénégalaise. D’autre part, grâce à l’accent mis sur la jeunesse. Bon nombre d’enfants étaient visibles à travers la caravane d’intégration sous-régionale  mais aussi la participation active du « Case de Tout-Petits » sur le long train blanc symbolisant la paix retrouvée. Tout cela dans une ambiance surchauffée à bloc par les « Majorettes de Notre Dame » en couleurs nationales qui ont chanté et dansé sous les rythmes d’Afrique dont particulièrement ces sons de « l’indépendance cha cha » de Grand Kallé Jeff à la table ronde de Bruxelles pour l’indépendance de la RDC sous la houlette du martyr national Patrice Emery LUMUMBA.

Adresse de Me WADE

Me Abdoulaye Wade a particulièrement remercié ses collègues qui ont fait le déplacement de Dakar, au Sénégal dont le hasard du calendrier a voulu qu’il soit le premier pays à fêter. « Merci pour votre présence et à tous les Chefs d’Etat qui ont voulu témoigné de leurs affections et de l’intérêt à bien comprendre le Sénégal. Merci à toutes les délégations ayant participé à la fête du Monument de la renaissance africaine. Merci spécial au Cap-vert, au Gabon, à la Gambie, à la Guinée, à la Guinée Equatoriale, au Mali, au Maroc et à la France qui ont participé au défilé. C’est une preuve de l’ouverture du Sénégal dans la coopération africaine et internationale. »

Du défilé proprement dit, Wade a souligné : « Ce défilé m’a fait beaucoup plaisir par sa qualité, sa diversité des participants. Chaque année, c’est un constat de l’amélioration.

En effet, Me Wade explicite sa satisfaction grâce à des diverses thématiques exploitées au cours du défilé. Il s’agit d’un thème lié à l’enfance de ces jeunes qui ont défilé à différents titres dont essentiellement les écoles de formation militaire. Du thème de l’environnement, les matériels exploités ici sont des matériels d’intervention mais de nature pacifique. Enfin la participation civile avec les anciens combattants et beaucoup d’écoles des conseils régionaux, des municipalités et des communes.  « Pour ce défilé impeccable, je tiens bien à l’ordre dans ses moindres détails. Aux Sénégalais, qu’ils soient rassurés. Car  le Gouvernement a pris toutes les dispositions pour assurer leur sécurité. »

La RD Congo présente

La RD Congo était bien présente à la fête du cinquantenaire du Sénégal à travers son Ministre congolais des Affaires Etrangères, Me Alexis Tambwe Mwamba. Prenant une part active à ces festivités, il a visité le désormais célèbre Monument de la Renaissance africaine situé  sur l’une des mamelles du village Ouakam. C’est en homme d’Etat responsable qu’il a manifesté sa joie après avoir visité le dit Monument: « C’est une fête globalement bien réussie. Et, je ne comprends pas toute la controverse qui entoure sa construction. Il est tout simplement fabuleux ! Il faut d’abord chercher le sens de sa conception à travers son initiateur, le Président Wade. Il donne l’image d’une Afrique qui est débarrassée de ses liens de dépendance et d’esclavage. Une Afrique qui croit en son devenir et se tourne vers le monde. Cela sans complexe. C’est le plus haut Monument au monde. Avec ses 8 étages à l’intérieur, son centre multimédia conçu dans le confort et un espace d’exposition dédié aux grandes figures du panafricanisme et de la Résistance…  J’ai rarement vu une œuvre d’une beauté pareille à travers le monde. Dédié à l’Afrique, ce monument considère que l’Afrique n’est pas une quantité négligeable. »

Et, quant à savoir ce que la RD Congo est capable de faire pour son cinquantenaire en juin prochain, Me Alexis Tambwe Mwamba n’est pas de ces gens à s’exprimer avec la cuillère entre les dents : « Je crois fermement qu’on fera tout de manière que la fête soit utile. »

Du reste, la RDC avait dépêché aux festivités sénégalaises un de ses experts afin de s’enrichir d’expériences, en la personne de l’Ambassadeur Mutamba qui occupe un poste clé dans le Comité congolais du Cinquantenaire.  Mais, l’on a noté également la présence du Directeur du Cabinet Adjoint du Chef de l’Etat congolais, Mme Louise Mayuma Kasende, qui est une ancienne étudiante de l’Université de Dakar. En outre, le 03 avril, à l’hôtel Méridien, il y avait un invité parmi les artistes musiciens devant agrémenter la soirée de gala.  C’est le congolais Papa Wemba qui a joué impeccablement devant les personnalités africaines et du monde.  

Eddy Kabeya,

Dakar, au Sénégal

LEAVE A REPLY

*