Un commando invisible frappe à Lubumbashi

0
25

C’est la deuxième fois que des individus non identifiés frappent à l’aéroport international de la Luano en se servant des armes automatiques contre des éléments de la Garde Républicaine chargés de protéger cet espace vital et stratégique de la capitale du cuivre. Sans pour autant préjuger des résultats du rapport de l’enquête qui doit avoir été immédiatement diligentée par les services spécialisés, ces assaillants sont sortis de la brousse environnante pour frapper avant de disparaitre dans la nature aussi vite qu’ils sont venus, ont indiqué les témoins qui ont vécu cette scène macabre. Le bilan à ce jour, selon la MONUSCO trois éléments de la Garde Républicaine tués dont deux par balles et le troisième brûlé vif.

 Cette attaque n’a pas encore été revendiquée. Mais selon toute vraisemblance, elle donne des signes semblables à l’action perpétrée en février 2011 toujours à l’aéroport de la Luano par un groupuscule sécessionniste et qui s’était soldée par la mort d’un agent des services de gardiennage. Une attaque qui avait duré trois heures avant que les assaillants ne soient repoussés par les éléments des FARDC venus à la rescousse de la garde Républicaine.

La logique du démembrement de la RDC…. 


 A regarder de près ces actes sanglants et barbares, l’on est tenté de se demander si cela ne va plus se répéter selon l’adage qui dit qu’il n’y a pas deux sans trois. Car, la première attaque de février de l’année passée avait été précédée par une campagne médiatique menée par des acteurs politiques à la nationalité douteuse et prêchant à ciel ouvert sans vergogne l’avènement d’un nouvel Etat indépendant du Katanga, débarrassé particulièrement de certaines communautés ethniques originaires des provinces du centre du pays.
 La tentative  de défection à Kitindi, dans le territoire de Shabunda au Sud Kivu, de certains éléments du 1.009ème régiment des FARDC provenant de l’ex-CNDP et dirigé par le Major Thierry, non autrement identifié, doit avoir réveillé les consciences sur le vaste plan de démembrement de la RDC concocté méticuleusement et délibérément par Kampala et Kigali. Pour autant et au vu de ces manœuvres dilatoires, il sied de considérer à juste titre que ce vaste complot se déroule sous la barbe et les yeux de la communauté internationale au rythme de cette fausse mutinerie du M23 qui n’est qu’une copie revue et corrigée des mouvements politico-militaires, tels que l’AFDL, le RCD et le CNDP. Tous ces mouvements n’étaient des pures créations de ces deux pays voisins de l’Est pour matérialiser le vaste plan de la balkanisation de la RDC.
 Comme les initiateurs de ce vaste complot se sont rendus compte que les Congolais sont devenus plus vigilants, et éveillés face à toutes les tentatives de partition de leur pays, ils ont décidés alors de recourir à certains groupuscules en mal de positionnement pour provoquer des troubles à travers tout le territoire. Cette stratégie, à leurs yeux, pourrait emmener l’opinion internationale à la conclusion que les Congolais sont incapables de s’entendre pour rétablir l’ordre et la sécurité sur leur vaste territoire aux dimensions continentales. Avant de renchérir que l’insécurité généralisée ainsi entretenue risque de contaminer les 9 Etats voisins et, à la longue, provoquer la déflagration de la sous région des Grands Lacs. D’où la partition inévitable de ce vaste territoire pour préserver la paix et la sécurité en Afrique et dans le Monde.
 On ne devrait pas être étonné, comme il n’y a pas deux sans trois, que demain, des troubles de ce genre ne se produisent dans d’autres provinces, notamment au Bas Congo, dans le Bandundu, au Kasaï, à l’Equateur et ailleurs. Un véritable plan machiavélique et satanique concocté par des milieux maffieux assoiffés par les richesses naturelles de ce pays béni des dieux.

ANR, DGM, Demiap : réveillez-vous !

 C’est ici l’occasion de rappeler aux services de sécurité de la République de revenir à leur mission primordiale qui est la collecte et le traitement des renseignements pour prévenir ces genres de complots contre les intérêts vitaux de la Nation. Au lieu de s’acharner sur des acteurs politiques pacifiques et ceux de la société civile dont le tort est d’une part de revendiquer la bonne gouvernance, le respect des droits de l’homme et d’autre part de dénoncer l’impunité, le tribalisme et le népotisme. En donnant l’impression que l’on n’a pas tiré la leçon des attaques perpétrées l’année dernière sur l’aéroport international de la Luano, on prête le flanc à d’autres coups tordus.

F.M. 

LEAVE A REPLY

*