Un camion de Pain Victoire échappe à un braquage

0
42

Un camion de convoyage des fonds de la société Pain Victoire assurant le convoyage des fonds amassés de différents dépôts et terrasses dans les communes, a été le mardi 23 juin 2015, vers 17 heures, la cible des tirs d’une bande des malfaiteurs qui l’avait pris en chasse depuis des heures.

 Les agents qui roulaient sans se douter de rien, ont été surpris par des tirs d’armes à feu. Ces coups de feu venaient curieusement d’un véhicule banalisé. Dans leur stratégie, les bandits croyaient ainsi effrayer les travailleurs de Pain Victoire, en espérant qu’ils allaient s’arrêter, ouvrir les portières et disparaître dans la nature pour sauver leur peau, en abandonnant les fonds de l’entreprise. Malheureusement pour ces malfrats, le camion de Pain Victoire était escorté par une jeep avec à bord, des policiers bien armés. Ces derniers ont alors riposté et tiré sur les malfaiteurs dont un groupe a pris fuite et s’est volatilisé dans la nature, tandis que les plus agiles de ses membres avaient sauté de leur engin en marche, préférant détaler à pied. Cet accrochage s’est produit dans les parages du Centre pour handicapés physiques, sur avenue des Huileries.

            Alertés par cette fusillade nourrie, les éléments du district de la Lukunga , ainsi que ceux de la Police des polices ( P.P), basés au camp Lufungula, dans la commune de Lingwala, sont sortis en catastrophe pour aller s’enquérir de l’incident sur l’avenue des Huileries. Une chasse à l’homme a été aussitôt déclenchée. Piétons et motocyclistes, témoins de cet incident, se sont alors joints aux policiers pour traquer ces bandits dans le secteur. A bout de souffle, les délinquants seront finalement rattrapés et appréhendés dans deux quartiers différents où chaque malfaiteur espérait trouver refuge.

            Aux dernières nouvelles, nous apprenons que de six personnes suspectes interpellées, deux ont été mises aux arrêts. Il s’agit d’un certain LokongaColvec et son comparse Loboyi Achille, bien connus de services d’enquêtes de la police et qui faisaient depuis des années, l’objet d’intenses recherches. Car, à en croire une source, cette attaque de ce convoyage de fonds, dans la ville de Kinshasa, montre que les bandits n’en sont pas à leur premier forfait du genre. Au fil des braquages réussis ou manqués, ils se perfectionnent et améliorent leurs techniques.

            Toujours est-il qu’aussitôt écroués, ces deux lascars seront soumis la même nuit, aux interrogatoires serrés qui ont permis aux enquêteurs d’être édifiés par la bande forte de six membres dont quatre sont encore en cavale. On ignore s’il y a eu des blessés parmi les fugitifs. L’avenir le dira peut-être plus tard.

            Sur base des éléments leur fournis, les OPJ de la police tentent aujourd’hui de reconstituer les derniers forfaits en date commis par ces malfaiteurs. Les policiers cherchent également à se faire une idée de la personnalité de chaque bandit, ses origines, son parcours criminel et ses antécédents judiciaires.

            Le fait qu’ils ont tenté de frapper le soir une cible qu’ils croyaient facile et dépourvue de couverture sécuritaire, montre que les braqueurs accusent un certain professionnalisme. Attaque des convois de transfert des fonds, braquage des véhicules transportant des matières précieuses, agression sur des cambistes de coins de rue :  la pègre kinoise ne recule plus devant des cibles même escortées.

            Le service d’enquête du bureau 2 s’est lancé hier à la recherche d’autres membres de cette bande dont ignore tout. Et au niveau de la société Pain Victoire, cette attaque a poussé les dirigeants à renforcer les mesures de sécurité en faveur des caisses des dépôts et des cafetariats ou autres terrasses. L’on croit savoir que les effectifs des agents de surveillance et des policiers seront redoublés.

Affaire à suivre !

JRT