Tshopo : les actes qui mettent en cause le Vice-gouverneur

0
145

La démission inattendue de Basango Makedjo, Vice-gouverneur de la
province de la Tshopo, continue à faire des vagues dans cette partie
du pays. Un véritable pavé dans la mare au moment où toute la classe
politique de cette entité politico-administrative s’y attendait le
moins. Parmi les raisons qui l’ont poussé à quitter son poste, il
évoque, entre autres, le fait de ne jamais disposer de tous les
pouvoirs chaque fois qu’il était appelé à assumer l’intérim de son
titulaire. Ayant jugé cette situation inadmissible, le colistier de
Jean Ilongo Tokole a tout simplement jeté l’éponge.
Cependant, les informations contenues dans un dossier parvenues  au
journal Le Phare semblent ne pas donner raison au précité. Les
indiscrétions indiquent que la démission précipitée du Vice-gouverneur
parait plus comme une fuite en avant qu’autre chose. A l’examen de ce
dossier brûlant, les documents montrent que cette autorité provinciale
aurait abusé  de son intérim.  Deux actes récemment posés le
confirment un peu plus clairement. Premièrement,  dans une
correspondance adressée au Ministre provincial en charge de
l’Environnement, il sème la confusion dans le dossier des sacs  de
farine de froment avariée et déclarée impropres à la consommation par
les analyses de l’Office congolais de contrôle sur près de 3000 sacs.
Cette farine a été livrée par  une société de la place  implantée
également à Kisangani. «Je vous instruis d’incinérer les sacs de
farine de froment avariée… En effet, les sac sans charançons, larves
et moisissures doivent être triés et remis au dépôt sous le contrôle
du Parquet de Grande Instance de Kisangani et de l’Agence Nationale de
Renseignements…Les sacs triés doivent être écoulés obligatoirement
avant la date de péremption», précise sa lettre… malgré les analyses
de l’OCC.
Deuxième acte du Vice-gouverneur qui s’est plaint de ne jamais
disposer des moyens lors de son intérim : Le 11 avril 2017, il fait
une demande de fonds de l’ordre de 80.000.000 Fc à la Rawbank qui les
lui a pourtant accordés. Mais, la gestion de ce fonds est jugée assez
sulfureuse : «Ce montant me servira à payer les salaires d’un mois des
agents de la Régie provinciale des recettes de la Tshopo (RPRT), de
rembourser les frais que j’ai engagés en vue de maintenir la paix et
la sécurités des personnes et de leurs biens au cours de la journée du
lundi 10 avril 2017 (23.500.000 Fc) et assurer le fonctionnement de la
Province durant l’intérim du gouverneur (6.500.000 Fc »,
argumente-t-il dans sa lettre de demande de fonds dans laquelle il
insiste qu’en cas de gap, ce fonds soit considéré comme une facilité
de caisse accordée à la Province de la Tshopo.
Malheureusement pour le Vice-gouverneur, l’Assemblée provinciale a
décidé  d’ouvrir une action contre lui, avec sa mise sous le coup
d’une motion de censure.
Malheureusement, toutes les tentatives du journal le Phare  pour
joindre le Vice-gouverneur démissionnaire se sont avérées
improductives. Dossier à suivre.
VAN