Tshisekedi : le 1er Congrès de l’Udps l’a choisi comme candidat à la présidentielle

0
35
Le Premier Congrès de l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social (U.D.P.S.) tenu au Centre féminin Mama Marie Antoinette Mobutu, s’est clôturé hier par deux grandes résolutions prises au terme d’un vote. La première confirme Etienne Tshisekedi au poste de président national de ce parti politique ; et la seconde le désigne pour représenter l’Udps à la prochaine élection présidentielle prévue en 2011. Ces deux résolutions du Premier Congrès de l’Udps ont été frénétiquement saluées par toute l’assistance qui s’était mise debout lorsqu’elles ont été annoncées à la plénière de clôture, en présence d’Etienne Tshisekedi lui-même.  Comme par hasard, les deux bonnes nouvelles sont tombées le jour même du 78me anniversaire de naissance du précité. «Bon anniversaire», un air archiconnu, a été mis en choeur par l’assistance. 
          Appelé par le président du Bureau définitif du Congrès  à se prononcer sur ces deux décisions, prises en son absence, Tshisekedi a répondu, pour la première décision qu’il acceptait son élection comme président national du parti. Pour la seconde décision, il a répondu d’une façon pathétique en précisant que « c’est avec émotion et joie que j’accepte d’être le candidat de l’Udps à cette élection présidentielle ». Avec émotion, a-t-il précisé, parce qu’en trente années de lutte pour la promotion de la démocratie, de l’Etat de droit et des Droits de l’Homme, c’était la première fois que cette désignation était faite.
          Ce parti politique que d’aucuns surnomment la ‘«Fille aînée de l’opposition congolaise» a organisé ces assises du 10 au 14 décembre 2010, avec six points à l’ordre du jour : révision et adoption de nouveaux statuts et du règlement d’ordre intérieur (R.O.I.) ; actualisation de son projet de société ; élection du chef du parti ; désignation du candidat du parti à l’élection présidentielle de 2011 et adoption des résolutions prises par le parti. Selon le ‘Rapport final du Congrès» ces six points ont été débattus en toute liberté et démocratie. Le Congrès a tenu toutes ses promesses à ce sujet.   
Dialogue entre partenaires politiques, discipline dans le parti et importance des cotisations
          En prenant la parole pour clôturer les travaux de ce Premier Congrès de l’Udps, E. Tshisekedi a remercié avant toute chose Dieu qui a permis la tenue des travaux et lui a demandé d’accompagner son parti jusqu’à la victoire finale. Il a aussi remercié tous ceux qui se sont dérangés pour le succès de ce forum. Il leur a demandé d’être les messagers de ses résolutions. Il a demandé aux partis partenaires, nombreux dans la salle, de prendre au sérieux la lutte qu’on mène parce que l’homme politique congolais donne l’impression de ne pas se prendre au sérieux. Ce Congrès, a-t-il dit, doit être un départ pour une nouvelle mentalité et rester un Congrès du changement. Il a demandé aux uns et aux autres de se débarrasser des préjugés vis-à-vis des partenaires avec lesquels on mène la même lutte. S’il y a une divergence d’opinion politique, comme cela arrive de temps à autres, il a recommandé le dialogue.
          Conscient des moyens limités de son parti et du rôle que risque de jouer l’argent dans les prochaines échéances électorales, il a demandé à tous, particulièrement à ceux qui se rendront à l’intérieur de faire fonctionner le téléphone ‘rouge’ de « bouche à l’oreille » pour transmettre le message du changement. Comme cela ceux qui viendront en s’appuyant sur l’argent seront désillusionnés. Il s’est dit conscient de la pauvreté de nos populations, mais il a aussi fait remarquer que c’est justement cette même population qui rempli les églises avec les dîmes et les aumônes. Autant le divin est important, autant la vie sur terre est importante. Si les membres du parti ne se prennent pas en charge, les élections risquent d’être caporalisées par les étrangers et les élus perdront leur indépendance de parole et d’action. 
          En outre, il a précisé que s’il a demandé la discipline dans le parti, cela ne doit pas être compris comme une discipline militaire, mais une discipline librement acceptée par les membres dans l’intérêt du parti et cela permettra son bon fonctionnement. Plusieurs messages de soutien ont été lus à cette occasion par des partis partenaires qui, tous, se sont rangés derrière le « Père de la démocratie » pour une victoire décisive aux prochaines échéances. A ces différentes adresses se sont ajoutés les messages de soutien et de fidélité de 27 fédérations nationales de l’UDPS disséminées à travers les provinces ; messages résumés par quatre présentateurs, selon les quatre langues vernaculaires nationales.
SAKAZ 

LEAVE A REPLY

*