Tshisekedi hôte des officiels belges

0
36

Affaire RLTV : R. Lumbala accuse Kimbuta

« L’accueil réservé au président Tshisekedi par des autorités belges est un signal qui indique que la Communauté Internationale le considère déjà comme le Président de la RDC qui sortira des urnes en 2011 », a déclaré le président de la plate-forme Soutien à Etienne Tshisekedi (SET), Roger Lumbala, qui a animé un point de presse le samedi 10 septembre 2011 dans la concession de sa chaîne incendiée, RLTV (Radio Lisanga Télévision). Devant les chevaliers de la plume, l’orateur n’a pas mis sa langue dans sa poche. Selon lui, l’attention manifestée par des décideurs occidentaux à l’égard du Président national de l’UDPS rappelle la situation de la Libye, où le Conseil National de Transition (CNT) bénéficiait déjà de la reconnaissance officielle des chancelleries occidentales pendant que Kadhafi était encore au pouvoir.

Pour l’élu de Mweka, l’histoire du leadership congolais actuel, comme celle du Guide de la Révolution libyenne, appartiennent au passé. Il a par ailleurs affirmé tenir de bonne source l’information selon laquelle, après Bruxelles, Etienne Tshisekedi devrait être reçu bientôt à la Maison Blanche. Roger Lumbala a martelé que le pouvoir en place à Kinshasa était désavoué par le peuple, qui aspire au changement incarné par le Lider Maximo. Et, le monde occidental, serait fort déçu par l’incapacité des gouvernants actuels de la République Démocratique du Congo à gérer un pays aux dimensions continentales. Ironique, Roger Lumbala a appelé les membres de la Majorité Présidentielle à avoir l’élégance de quitter le pouvoir après la victoire certaine de Ya Tshitshi à la présidentielle du 28 novembre 2011.

Parlant de l’incendie criminel ayant réduit sa chaîne de télévision au silence, dans la nuit du 5 au 6 septembre 2011, Roger Lumbala n’a pas hésité à accuser le gouverneur de la ville de Kinshasa, André Kimbuta, ainsi qu’un certain Mashado, d’avoir été de mèche avec les pyromanes.
Aussi a-t-il exhorté les forces du changement à résister contre le terrorisme d’Etat, et à braver la répression et les intimidations de toutes sortes. Selon lui, la volonté de changement qui anime les populations congolaises ne peut être émoussée par les actes d’intolérance politique planifiés et cautionnés par les dignitaires du régime en place.

Roger Lumbala s’est déclaré fort peiné de constater qu’après les dégâts subis par RLTV, aucune autorité nationale ou provinciale, civile ou policière, même pas le bourgmestre de la Gombe, ne s’est présenté sur les lieux ne serait-ce pour visiter les décombres. Dans la foulée, il a promis de déposer une plainte au Parquet Général de la République contre les présumés auteurs et commanditaires de l’incendie criminel susévoqué et une autre à la Commission des Droits de l’Homme des Nations Unies. Profitant de la présence de la presse, il a lancé un appel en direction des Congolais résidant au pays comme ceux établis à l’étranger en vue d’apporter leur modeste contribution à la réhabilitation des installations et équipements de RLTV, une chaîne de télévision privée dont les responsables et les agents ont levé l’option d’accompagner le processus de l’alternance au pouvoir que le peuple congolais appelle de tous ses vœux.

Abordant le point relatif à la candidature unique de l’opposition à la présidentielle, l’orateur a fait savoir, avec force, que le débat est définitivement clos, puisque chacun a déjà choisi son camp. Il a rappelé que les conditions posées par le groupe de Sultani au « Candidat commun » de l’opposition étaient inacceptables. Il a relevé que certains qui faisaient semblant de militer pour un programme commun de gouvernement et un candidat commun de l’opposition viennent d’être rattrapés par le temps, avec une multitude de candidatures à la présidentielle émanant précisément du groupe de Sultani. C’est dans cette aile de l’opposition, a dit Roger Lumbala, que les ambitions politiques se sont manifestées dans le désordre.

Le peuple congolais, qui n’est pas dupe, saura comment sanctionner, le 28 novembre 2011, les candidats de mallette, qui ont reçu mission de torpiller l’opposition, a-t-il prévenu.

Eric Wemba (C.P.)

 

LEAVE A REPLY

*