Tshisekedi à Notre Dame du Congo

0
26
C’est dans une ambiance de carnaval que le président national de l’UDPS, Etienne Tshisekedi, a participé à la prière pour la paix organisée le vendredi 22 juin 2012  à la Cathédrale Notre Dame du Congo par sa famille politique. Comme d’habitude, le vieux opposant a eu droit à un mémorable bain de foule, depuis sa résidence de la rue Pétunias, dans la commune de Limete, jusqu’au lieu du culte, dans la commune de Lingwala.
Tout au long de la route, son cortège était chaque fois bloqué par des milliers de Kinoises et Kinois qui tenaient à le voir physiquement, et au besoin le toucher du doigt. Tshisekedi est arrivé finalement à la Cathédrale Notre Dame du Congo  vers 17 h00, où la nombreuse foule venue des quatre coins de la capitale l’attendait depuis midi.
 
Plusieurs cadres de l’UDPS étaient au rendez-vous, de même que ceux des partis alliés, notamment Diomi Ndongala, Pascaline Kudura, Olenghankoy, Bwasa, etc.
A la demande de la foule, le sphinx de Limete, coiffé de son « munyere », est descendu en brandissant le signe de victoire. Dès que les gens ont appris que Tshisekedi était venu prendre part à un culte destiné à solliciter du bon Dieu le retour de la paix au Nord-Kivu, ils ont afflué davantage vers Notre Dame, rendant du coup cette église trop petite. La forte mobilisation contre l’agression du pays par le Rwanda se voulait une interpellation aussi bien à l’intention des masses que des décideurs congolais.
 
Le service du protocole a eu du mal à placer Tshisekedi au premier rang. Le message a finalement débuté avec près d’une heure de retard. Il a fallu l’appel au calme du curé de la paroisse, Jean Paul Luanga, pour que la célébration eucharistique devienne effective.
Dans son homélie, il a comparé la souffrance de la population congolaise à celle de Barthime, cet aveugle qui, selon l’évangile de Saint Marc, brava l’entourage de Jésus par sa foi en élevant la voix pour obtenir le miracle attendu du Christ, ce qui lui permit de recouvrer la vue.
 L’officiant du jour a appelé la population, qui est dans sa grande partie aveugle, à chercher à connaître les vraies raisons de cette guerre de l’Est qui dure depuis deux décennies, à rompre le silence pour exiger la vérité de ceux qui détiennent l’imperium. Il a rappelé aux gouvernants leur devoir de protéger la population civile qui constitue la première richesse d’un pays.
A la sortie de la messe, TShisekedi était pris en chasse par la marée humaine. Les taxis et taxi-bus ont dû vomir sur l’avenue de la Libération de nombreux passagers qui tenaient à voir de visu le président national de l’UDPS. Des centaines de motocyclistes communément appelés « Wewa » l’ont escorté jusqu’à Limete.
 
Grâce au professionnalisme de a garde rapprochée, aucun incident n’a été déploré. Se confiant à la presse, Eugène Diomi a déclaré que cette mobilisation spontanée de la population démontre non seulement que Tshisekedi reste le chouchou des Congolais mais que ceux-ci prennent de plus en plus conscience de la menace de balkanisation du pays que représente la guerre de l’Est.
Pour sa part, Valentin Mubake a assuré les compatriotes de l’Est de la détermination du président Tshisekedi à apporter sa petite pierre au retour de la paix au Nord-Kivu.
 
  ERIC  Wembakungu

LEAVE A REPLY

*