Tshisekedi à Bruxelles : les premiers tests rassurent

0
28

Etienne Tshisekedi a pris son avion (un jet privé), le samedi 16 août 2014 vers 5 heures du matin pour Bruxelles, qu’il a atteint le même jour autour de 15 heures, après deux escales respectivement à Douala et Alger. Accompagné de son épouse, Marthe Kasalu, et d’un de ses enfants, il a quitté sa résidence de Limete en marchant sur ses deux pieds et s’est livré aux formalités aéroportuaires toujours débout sur ses deux jambes.

         Il est monté dans l’avion sans l’aide d’une tierce personne, d’une béquille ou d’un fauteuil roulant et a débarqué à Bruxelles dans les mêmes conditions. Au départ de Kinshasa, il a été salué par un groupe restreint de cadres de l’UDPS (Union pour la Démocratie et le Progrès Social), avant d’être accueilli à Bruxelles également par un comité restreint des membres de son parti. Aussitôt après son arrivée dans la capitale belge, il est allé poser ses valises dans sa résidence de la commune d’Oloway.

         Selon nos sources, c’est en début de soirée de samedi qu’il a subi ses premiers tests médicaux. Aux dires de son entourage, ceux-ci rassurent quant à son état de santé. Il a été donné d’apprendre que les examens médicaux passés à Bruxelles ont remis en question le bulletin médical établi à Kinshasa. Cela pourrait laisser penser que la prise en charge médicale au pays n’était pas très correcte.

         D’autres tests médicaux sont programmés jusqu’à la fin du mois d’août, question pour ses médecins traitants d’avoir une vue générale et exacte de son état de santé. Bien que les détails de tous les examens médicaux à subir par Etienne Tshisekedi ne nous aient pas été communiqués, ses proches se montrent très optimistes pour la suite, compte tenu du fait que le présumé mourant ne présente pas des signes indiquant que sa situation frôlerait le pire.

Activités politiques dès septembre

         Selon les pronostics médicaux enregistrés le week-end, le président national de l’UDPS pourrait reprendre ses activités politiques dès le début du mois de septembre prochain. A cet effet, un agenda de travail fort chargé pour lui serait déjà en chantier. L’on annonce une longue série de rencontres avec les Congolais de la diaspora, aussi bien des membres de son parti que des compatriotes résidant en Europe et désireux d’avoir sa lecture de la situation sécuritaire, politique, économique et sociale de l’heure en République Démocratique du Congo.

         L’on croit savoir que le projet de révision constitutionnelle, une initiative très critiquée au pays comme à l’étranger, et la nécessité d’organisation d’un dialogue national inclusif en vue de résoudre la crise de légitimité au sommet de l’Etat, seraient au nombre des sujets les plus partagés au sein de la communauté congolaise de Belgique et d’ailleurs.

         On nous signale aussi qu’Etienne Tshisekedi pourrait échanger, avec des membres du gouvernement belge et de l’Union Européenne, autour du cycle électoral de 2014 à 2015, avec en ligne de mire la révision constitutionnelle et la fin de mandat du Chef de l’Etat présentement en fonctions.

         Bref, le séjour bruxellois du président national de l’UDPS a plutôt bien démarré, contrairement aux rumeurs qui laissaient croire que l’homme se trouvait dans un état critique, incapable de se tenir sur ses deux jambes et de supporter un long voyage entre Kinshasa et Bruxelles. Le départ effectif de Tshisekedi pour Bruxelles, après une semaine de retard dominée par de nouvelles alarmantes données sur sa santé, a au moins apporté aux Congolaises et Congolais la preuve que son bulletin médical n’était pas aussi catastrophique qu’on voulait le faire croire.      Kimp

 

LEAVE A REPLY

*