Tshiongo se tourne vers les Egyptiens d’El Sewedy Electric

0
35

Le gouvernement congolais, par le biais du ministre de l’Energie et  l’Adg de la Snel, a signé en date du 21 décembre 2010  une série d’accords avec la firme égyptienne El Sewedy Electric. Ce partenariat porte  sur l’assainissement de la desserte  en électricité de la capitale et d’autres  agglomérations du pays. Il s’agit de Lubumbahsi, de Matadi, Kisangani, Goma et  Bukavu. La matérialisation de ce protocole d’accord a été rendue possible grâce au financement par El Sewedy à hauteur de 100 millions des dollars américains  des études de faisabilité, et d’assainissement des réseaux de distribution et d’implantation des compteurs à Kinshasa et dans l’arrière-pays.
Cette importante cérémonie a eu lieu dans la salle « Foyer » du ministère de l’Energie. On a noté la présence dans la pièce servant de lieu de la cérémonie des têtes pensantes d’El Sewedy, de  l’Administrateur délégué de la Fec, Jean Kalala, de proches collaborateurs de Gilbert Tshiongo, du patron de l’administration du secteur de l’Energie et d’autres invités.

 Deux temps forts ont rythmé cette journée. Il s’agit d’abord de la signature des documents d’abord entre Yengo Masampu et le chef de la délégation égyptienne d’une part et entre Gilbert Tshiongo  et ses hôtes nord africains d’autre part. Et pendant que le numéro un de la Snel  apposait son paraphe sur les documents en question, Jean Kalala, placé à côté de lui, ne cessait d’opiner de la tête.

 Le secret des Egyptiens.

 Visiblement ravi,  Gilbert Tshiongo a  pris la parole tout au début de la cérémonie pour rappeler que tout est parti du voyage officiel  du Chef de l’Etat en Egypte cette année, précisant clairement  qu’il faisait partie de la délégation congolaise. Fasciné par la présence   d’innombrables  points lumineux au Caire,  Joseph Kabila lui avait demandé de prendre langue avec des industriels égyptiens en matière  électrique capables « d’illuminer »  la  RDC en un temps record. C’est dans ce sens qu’il a initié cette série d’accords, a-t-il souligné. Tshiongo Tshibinkubula a  ajouté s’être rendu au pays des Pharaons à deux reprises.
 « L’Egypte est éclairée à au moins 98%. Le secret des Egyptiens en matière d’éclairage artificiel est qu’ils fabriquent eux-mêmes du  matériel électrique » ; a-t-il révélé..
 La RDC ne peut se contenter d’être un éternel importateur des câbles, transformateurs et autres poteaux en provenance d’Egypte. Dans un proche avenir, nos partenaires vont implanter chez nous  une usine de fabrication des matériaux électriques.
 Le patron de l’Energie en RDC a dit ensuite que ces actions s’inscrivent en droite ligne du récent  discours du Chef de l’Etat devant le Congrès. Qui, on le sait, avait établi un constat peu reluisant en matière de desserte du courant électrique chez nous.
 A son tour, il s’est tourné vers les animateurs de la Snel et de la Regideso pour leur demander de privilégier la mobilisation  des ressources pour accroître le taux de desserte en eau et électricité.
  On retiendra des propos du responsable d’El Sewedy qu’ils traînent derrière eux une longue expérience en matière de fourniture électrique. Ayant noué d’intéressantes relations d’affaires avec des décideurs de nombreux pays africains comme le Soudan, le Mozambique, l’Algérie…, ils se sont tournés vers d’autres continents.
En décidant d’implanter une usine en RDC à l’avenir, ils vont naturellement recourir  à l’expertise locale, a-t-il indiqué.

Jean- Pierre Nkutu 

LEAVE A REPLY

*