Tshibala a déposé le projet de Budget 2017 au Parlement

0
149
Bruno Tshibala, le 17/03/2017 à Kinshasa. Radio Okapi/Ph. John Bompengo
Bruno Tshibala, le 17/03/2017 à Kinshasa. Radio Okapi/Ph. John Bompengo

Le Premier ministre Bruno Tshibala Nzenzhe s’est plié, le vendredi 26 mai dernier, à l’une des obligations constitutionnelles relatives à la gestion des affaires publiques. Il s’agit du dépôt du projet de la loi des finances de l’exercice 2017. Il faut noter que le Premier ministre venait de participer la réunion du conseil des ministres, présidée par le chef de l’Etat à la Cité de l’Union africaine, lorsqu’il est passé se conformer à cette exigence légale.

En l’absence du président de la chambre basse en déplacement, c’est le 1er vice-président de cette institution détentrice de l’autorité budgétaire Floribert Luhonge qui a réceptionné des mains du chef du gouvernement ce document contenant les recettes et dépenses de l’Etat.

Le Premier ministre était accompagné pour la circonstance des ministres du Budget, Pierre Kangudia, des Finances Henri Yav Mulang, du Plan Modeste Bahati Lukwebo, des Relations avec le Parlement, Jean Pierre Lisanga, ainsi que du ministre délégué près du Premier
ministre, Kalala Tshibangu.

Interrogé par la presse au sortir de l’audience avec le bureau de
l’Assemblée nationale, le Premier ministre indique qu’il ne s’est pas
écarté des priorités qu’il a présentées à la Représentation nationale
dans son discours d’investiture. Il s’agit notamment de l’organisation
des élections, de l’amélioration du cadre macroéconomique et du
quotidien des Congolais, du social et de la sécurité sur l’ensemble du
territoire national.
Avant d’énumérer brièvement ces priorités, il a tenu à rappeler que :
« conformément à l’engagement que j’avais pris lors de mon discours
d’investiture de devoir déposer dans les meilleurs délais le projet de
loi de finances de l’exercice 2017, je viens d’accomplir ce devoir en
déposant effectivement ce jour, le projet du budget de l’Etat pour
l’exercice 2017 ».
Par ailleurs, il a indiqué que son gouvernement se veut celui des
missions, lesquelles se limitent aux priorités de son action telles
que définies ci-haut.
Concernant les détails relatifs audit projet de loi de finances de
l’exercice 2017, Bruno Tshibala a passé la parole au ministre d’Etat
chargé du Budget, Pierre Kangudia Mbayi. Ce dernier a confirmé ce que
venait de dire le chef du gouvernement, sans toutefois dévoiler le
montant de l’enveloppe budgétaire, soulignant que la primeur était
réservée aux députés nationaux.

Deux semaines pour adopter le Budget ?

Au regard du temps qui reste pour la clôture de la session ordinaire
de mars 2017 devant intervenir le 15 juin prochain, soit dans deux
semaines, des doutes persistent quant à l’adoption de la loi des
finances qui a déjà connu un grand retard. Car, l’année civile est
déjà consommée presque de moitié.
Selon les calculs faits par des spécialistes, il faut 45 jours pour
que le budget soit examiné et adopté par l’Assemblée nationale. Et
pour sa part, le Sénat prend deux semaines au moins pour l’examen en
deuxième lecture. Puis, la commission mixte paritaire se réunit pour
l’harmonisation des termes entre les deux chambres. Voilà pourquoi une
session extraordinaire paraît  inévitable.
Dom