Troublantes statistiques scolaires

0
29

 Il s’est tenu hier  5 juillet 2010 au centre Béthanie un atelier de validation des statistiques scolaires pour l’édition 2008- 2009. On a noté la présence des ministres Maker Mwangu de l’EPSP, Léonard Mashako de l’Esu, du chargé de bureau de l’Unesco en RDC, Rafael Martinez…

 Ne pouvant longtemps retenir les deux membres du gouvernement et d’autres officiels à Béthanie,  Dibe Galy, le coordonnateur du Projet  d’Appui au Secteur de l’Education (Pase) a fait le condensé du recensement scolaire effectué , il y a de cela dix mois,  à travers tout le pays. Les détails ont été fournis aux cadres de l’Epsp, de l’Esu  des Affaires Sociales et Action Humanitaires et autres personnes intéressées à la matière  peu après les départs des hôtes de marque.

 D’une manière globale, l’expert de l’Unesco   a  déploré le peu d’empressement observé auprès d’un grand nombre des chefs d’établissement à répondre au questionnaire leur fourni par les recenseurs. Et naturellement à le leur retourner au moment opportun.. Sur ce point, il a tressé des lauriers aux encadreurs pédagogiques du Bas- Congo pour avoir joué franc jeu avec eux. Par contre, il y a eu beaucoup des ratés au Katanga. Toujours en ce qui concerne l’enseignement supérieur, il nous a  été donné d’apprendre qu’au moins 26% des filles ont été recensées pour l’édition 2008-2009. Il y a eu une certaine amélioration par rapport aux autres années. En somme, sur cinq universitaires, on compte une étudiante.  Les ISP sont les établissements où la gent féminine est majoritaire. L’inverse est manifeste dans les universités. Certes, il y a eu une réelle augmentation des effectifs dans le secteur de l’Esu ( 23%). Le privé s’est taillé la part du lion.

Enseignement féminisé
 L’éducation non formelle est le secteur le moins bien couvert, et le plus féminisé. Les centres d’alphabétisation comptent de nombreuses filles.  C’est aux niveaux des  centres de métiers et de rattrapage scolaire qu’il ya des hommes. Le Maniema est la province où le taux de féminisation est le plus élevé.

Le champ d’enquête  a été très faible au Bandundu
 
 En ce qui concerne le pré-primaire, les paramètres sont en hausse  (27 % d’ écoles, 24 % élèves, et 40 % d’ enseignants…). La parité est effective au niveau du primaire ( au moins 51% pour la ville de Kinshasa) Cela n’est pas le cas dans le secondaire.
 Maker Mwangu a dit que le draft  mis à la portée de l’assistance  est le fruit d’un travail de longue haleine. Les participants  ont l’obligation de formuler des critiques sur ce texte pour ficeler des drafts mieux élaborés  à l’avenir. Le programme « Pase »  conçu  pour une période triennale, est arrivé à terme au mois de juin 2010. Le gouvernement s’engage à poursuivre l’élaboration des annuaires scolaires, et va donc l’inscrire dans ses budgets. Toutefois, le concours des autres partenaires est nécessaire, a-t-il indiqué. Il a clos son mot de circonstance en remerciant la Bad et l’Unesco pour leur appui au secteur de l’éducation.

          Innovation
 La RDC travaille à l’élaboration des stratégies pour atteindre des objectifs de l’Education pour tous (EPT) et du millénaire pour le développement (OMD). La planification et l’évaluation de ces objectifs nécessitent la production régulière des statistiques fiables. Lesquelles données vont faciliter  la prise des décisions politiques et une gestion efficace du secteur éducatif, a fait observer Rafael Martinez. Mais aussi permettre aux partenaires de faire des programmations et le  suivi de leurs interventions. Le chargé de bureau de l’Unesco pour la RDC  a relevé que la spécificité de la campagne statistique 2008-2009  a été d’impliquer les opérateurs centraux et provinciaux pour une décentralisation progressive de la production des annuaires. La saisie et le traitement de ces données ont fait l’objet de plusieurs contrôles de cohérence et de qualité.
  Jean- Pierre NkutuTroublantes statistiques scolaires

 Il s’est tenu hier  5 juillet 2010 au centre Béthanie un atelier de validation des statistiques scolaires pour l’édition 2008- 2009. On a noté la présence des ministres Maker Mwangu de l’EPSP, Léonard Mashako de l’Esu, du chargé de bureau de l’Unesco en RDC, Rafael Martinez…

 Ne pouvant longtemps retenir les deux membres du gouvernement et d’autres officiels à Béthanie,  Dibe Galy, le coordonnateur du Projet  d’Appui au Secteur de l’Education (Pase) a fait le condensé du recensement scolaire effectué , il y a de cela dix mois,  à travers tout le pays. Les détails ont été fournis aux cadres de l’Epsp, de l’Esu  des Affaires Sociales et Action Humanitaires et autres personnes intéressées à la matière  peu après les départs des hôtes de marque.
 D’une manière globale, l’expert de l’Unesco   a  déploré le peu d’empressement observé auprès d’un grand nombre des chefs d’établissement à répondre au questionnaire leur fourni par les recenseurs. Et naturellement à le leur retourner au moment opportun.. Sur ce point, il a tressé des lauriers aux encadreurs pédagogiques du Bas- Congo pour avoir joué franc jeu avec eux. Par contre, il y a eu beaucoup des ratés au Katanga. Toujours en ce qui concerne l’enseignement supérieur, il nous a  été donné d’apprendre qu’au moins 26% des filles ont été recensées pour l’édition 2008-2009. Il y a eu une certaine amélioration par rapport aux autres années. En somme, sur cinq universitaires, on compte une étudiante.  Les ISP sont les établissements où la gent féminine est majoritaire. L’inverse est manifeste dans les universités. Certes, il y a eu une réelle augmentation des effectifs dans le secteur de l’Esu ( 23%). Le privé s’est taillé la part du lion.

Enseignement féminisé
 L’éducation non formelle est le secteur le moins bien couvert, et le plus féminisé. Les centres d’alphabétisation comptent de nombreuses filles.  C’est aux niveaux des  centres de métiers et de rattrapage scolaire qu’il ya des hommes. Le Maniema est la province où le taux de féminisation est le plus élevé.

Le champ d’enquête  a été très faible au Bandundu
 
 En ce qui concerne le pré-primaire, les paramètres sont en hausse  (27 % d’ écoles, 24 % élèves, et 40 % d’ enseignants…). La parité est effective au niveau du primaire ( au moins 51% pour la ville de Kinshasa) Cela n’est pas le cas dans le secondaire.
 Maker Mwangu a dit que le draft  mis à la portée de l’assistance  est le fruit d’un travail de longue haleine. Les participants  ont l’obligation de formuler des critiques sur ce texte pour ficeler des drafts mieux élaborés  à l’avenir. Le programme « Pase »  conçu  pour une période triennale, est arrivé à terme au mois de juin 2010. Le gouvernement s’engage à poursuivre l’élaboration des annuaires scolaires, et va donc l’inscrire dans ses budgets. Toutefois, le concours des autres partenaires est nécessaire, a-t-il indiqué. Il a clos son mot de circonstance en remerciant la Bad et l’Unesco pour leur appui au secteur de l’éducation.

          Innovation
 La RDC travaille à l’élaboration des stratégies pour atteindre des objectifs de l’Education pour tous (EPT) et du millénaire pour le développement (OMD). La planification et l’évaluation de ces objectifs nécessitent la production régulière des statistiques fiables. Lesquelles données vont faciliter  la prise des décisions politiques et une gestion efficace du secteur éducatif, a fait observer Rafael Martinez. Mais aussi permettre aux partenaires de faire des programmations et le  suivi de leurs interventions. Le chargé de bureau de l’Unesco pour la RDC  a relevé que la spécificité de la campagne statistique 2008-2009  a été d’impliquer les opérateurs centraux et provinciaux pour une décentralisation progressive de la production des annuaires. La saisie et le traitement de ces données ont fait l’objet de plusieurs contrôles de cohérence et de qualité.
  Jean- Pierre Nkutu

LEAVE A REPLY

*