Tripaix/Ndjili : une tante nie avoir traîné sa nièce en justice

0
145

Désignée  par les  membres de la famille  pour se constituer partie civile  dans l’affaire qui les oppose à  leur nièce Mathy Lindeko , Nsambu Lusaulu a fait observer aux juges lundi 13 janvier 2014 ne pas reconnaître avoir  traîné la prévenue au Tribunal de Paix de Ndjili. Ce dossier est enregistré RP 10 032. Faux et usage de faux sont les préventions mises à charge de la prévenue. L’affaire qui oppose Nsambu à Lindeko tourne autour de la parcelle sise Weyi 100,  Kimbanseke.

En 1978,  Kiakanua cède une de ses parcelles à ses nièces.  Tumbu Tembo,  petite fille du bienfaiteur, décédée en 2004,  avait  été désignée pour négocier un contrat de location. Ses enfants  prétendent   être les héritiers de ladite parcelle.

L’instruction et la plaidoirie ont eu lieu lundi 13 janvier 2014.

Dans l’exposé des faits, l’avocat de Nsambu a affirmé que Matondo Diwizana, Diankenga et Nsimba Henriette étaient les trois nièces bénéficiaires de cette donation. Ces dernières ont plusieurs enfants, entre autres, Tumbu Tembo, Luyindula, Nsambu Norbert….. Faustin Masuekama, jeune frère de Kiakanua, décédé un peu tôt, avait résidé pendant un certain temps à Weyi. A sa mort, Nsambu  avait été désignée comme gardienne de ladite parcelle.  Le livret de logeur de ladite parcelle avait été volé dans un taxi bus. Quelqu’un l’avait récupéré et remis à la famille. Sur base des fausses déclarations, la partie défenderesse s’est fait établir des titres parcellaires que sa cliente attaque en justice, a-t-il indiqué.

Mathy Lindeko a répliqué en affirmant avoir hérité cette parcelle de leur mère à qui la famille a fait une donation. A l’époque, elle était mineure.  Elle a précisé que ses parents vivaient en Belgique. A la mort de son géniteur en février 1980, sa mère était retournée à Kinshasa.

 Eclairage

 L’avocat de la partie civile a fait citer des témoins à charge récusés par son contradicteur au motif qu’ils se trouvaient dans la salle. Le juge président a tenu compte de ces objections mais a dit vouloir les écouter.

Tumbu Marie José,  fille de Kiakanua, a fait observer avoir été présente le jour où son père avait fait la donation à ses nièces. Feu Kiakanwa a cédé à ses propres enfants la parcelle de Kinzau, à Ndjili, a-t-elle précisé. Leur père est décédé en 1995. Comme  la « gardienne » Nsambu ne s’acquittait pas des obligations foncières, la garde de la parcelle lui a été retirée et confiée à Tumbu Tembo.

Luyindula Victorine, sœur aînée de la mère de Lindeko, a  dit subir les remontrances des autres membres de la famille en ce qui concerne les revenus locatifs de cette parcelle de Weyi. Et quand sa petite sœur est rentrée au pays, on lui a fait part du geste de Kiakanwa.

A une certaine époque, la SNEL voulait ériger une agence à Weyi et  sa  sœur avait été  désignée pour finaliser ce dossier au nom de la famille. Devenant à titre provisoire la gestionnaire de la dite parcelle, Tumbu Tembo était correcte et répartissait  aux autres membres de famille les revenus locatifs. Peu avant sa mort, ses enfants avaient volé le livret de logeur et voulaient même vendre cette parcelle. Ils avaient enlevé plusieurs pages entre autres un  papier en annexe relatif à la donation.

 Coup de massue

Sala  Samuel, autre proche parent des protagonistes, a créé la sensation en affirmant que sa cousine ne reconnaît pas avoir initié une action judiciaire à l’endroit de Lindeko.

Nsambu Lusaula, présente à la barre, a confirmé le fait.

Son avocat s’est interposé pour dire qu’elle est lésée par les incorrections de l’autre partie au même titre que les autres membres de famille.

Dans sa plaidoirie, cet avocat s’est appesanti sur les éléments constitutifs des préventions mises à charge de la prévenue, sollicitant du tribunal des DI de 5000 dollars et l’arrestation immédiate de Lindeko.

Le ministère public a détruit tous les arguments développés par cet avocat.

Le conseil de Lindeko est revenu sur l’aveu de Lusaulu pour conclure  n’avoir pas beaucoup de choses à déclarer au tribunal.

Les débats ont été clos et l’affaire prise en délibérée. Le tribunal va se prononcer d’ici quelques jours.

Jean- Pierre Nkutu

LEAVE A REPLY

*