Tripaix/Ndjili : un oncle paternel traîné en justice par ses neveux

0
31

  justice-balanceUn vieillard du nom de Sumba Mputu est traîné en justice par Kola Angélique et consorts au motif que leur oncle paternel a usé de tricherie  pour s’approprier une de  deux parcelles laissées par leur défunt père Lemba Ndongala, sise avenue Kimpemba 29, quartier 3, commune de Ndjili.  Pour Sumba Mputu, ladite parcelle avait été cédée à la famille de manière légale. Enrôlée au Tribunal de Paix «Tripaix» de Ndjili sous RP 13998, cette affaire en continuation a été instruite hier mercredi 7 janvier 2015.   

Tout au long de l’audience, le prévenu assisté par son conseil, a répondu aux questions des juges et de l’avocat de Kola et consorts.

Répondant  parfois de manière incohérente ou encore difficilement aux questions, il a rappelé qu’à la mort de son frère aîné en 1978, la parcelle de Basankusu à Lingwala était devenue la propriété exclusive des enfants du défunt et celle de Kimpemba des membres de leur famille.  Ce partage avait été fait de manière consensuelle, a-t-il affirmé.

            Il a indiqué qu’il y avait eu un conseil de famille. C’est grâce à l’attestation du conseil de famille que lui et ses neveux s’étaient présentés auprès du commissaire de zone de Ndjili, puis au bureau de succession de l’Hôtel de ville où il a été reçu par l’OPJ Bamba.

            Il a aussi affirmé que jadis lui et d’autres membres de famille avaient une sorte de caisse commune. Le défunt travaillait à la banque. Il a précisé avoir  associé ses  neveux aux démarches de mutation des pièces de la parcelle de Ndjili, indiquant  être simplement le «gardien» de ladite parcelle.

            L’avocat de la partie citante a fait savoir que la fausse attestation confectionnée de manière frauduleuse par le prévenu  a permis à ce dernier d’obtenir plus tard l’avis de liquidation auprès de l’OPJ Bamba et même un livret de logeur. Et d’ajouter que les enfants de Lemba contestent l’authenticité de ladite attestation. Le prévenu a eu du mal à convaincre les juges sur l’authenticité des signatures et empreintes digitales apposées dans l’attestation rédigée au terme du conseil de famille. D’autant plus qu’à cette époque, certains enfants de feu Lemba étaient mineurs.

            Les  juges se sont demandés pourquoi il n’y a pas le  nom d’un quelconque propriétaire sur le livret de logeur détenu par le prévenu mais simplement celui du co propriétaire de la parcelle querellée.

            Les avocats du prévenu ont relevé que trente ans après la disparition de Lemba Ndongala, Sumba Mputu affaibli aujourd’hui  par l’âge a des problèmes de mémoire et ont demandé aux juges de le ménager un peu. Le fond   de cette affaire étant la liquidation de la succession, ils ont sollicité du tribunal la comparution des citants à l’audience du 14 janvier 2015. La plaidoirie devrait avoir lieu le même jour

Jean- Pierre Nkutu