Tripaix/Ndjili : accusé d’avoir détourné des biens associatifs, il charge à son tour ses accusateurs

0
66

Des membres de Lakwon Lambum  « Lakla », une association d’entraide et d’assistance des M’bun,  entre autres Urbain Imbwembe et consorts, ont attrait  Obendus Mubendus, le coordinateur de ladite asbl  au Tribunal de Paix de Ndjili pour avoir détourné 16 millions des francs congolais. Ce feuilleton judiciaire  ne connaîtra pas son dénouement de si tôt car Obendus a accusé à son tour,  ses accusateurs pour diffamation. L’exception de défaut de qualité soulevée  par le prévenu ayant été jointe au fond, Obendus et les plaignants  se sont empoignés de nouveau  hier lundi 14 août 2017 au Tribunal de Paix de Ndjili.
Cette audience  a été houleuse et émaillée de quelques incidents.

Prié d’expliquer  comment le prévenu a détourné la somme sus évoquée, l’un des avocats des plaignants a affirmé qu’Obendus  avait été placé à la coordination de Lakla  depuis 2008 et conformément aux statuts de l’asbl, 70 % de l’argent provenant de la cotisation des membres de 7 sections de l’asbl allaient à la coordination qui, à son tour, le
reversait à la banque.  A l’en croire,  le prévenu n’a jamais brandi des preuves attestant avoir déposé de l’argent à une banque
quelconque. Le bilan dressé par Obendus en 2009 étant de 2.709.000
francs, on déduit qu’il a détourné 16 millions de francs congolais au
regard du temps passé à la tête de Lakla, a-t-il conclu.
En réponse à l’allégation de Me François Lungu sur la responsabilité
du ministère public  à éclairer le tribunal si cela s’avère
nécessaire, l’organe de la loi  a sollicité une pause pour compulser
les pièces dudit dossier. Et s’est référé aux PV du Parquet pour
répondre à cette question du juge président.

Béquilles

En réplique, Me Mafuta, l’avocat du prévenu, a fait savoir aux juges
que leurs contradicteurs ne disposent pas des preuves probantes de
détournement. Et que son client a des documents fiables relatifs aux
sommes  perçues et dépenses effectuées pendant son mandat à la tête de
l’asbl.
Exhibant des bilans des années 2010, 2011, 2012, 2013 et 2014, il a
expliqué que son client avait obtenu 13 millions des francs congolais,
dépensé plus de 12 millions pour rester avec 247.000 francs congolais.
Il a fait état également  de l’achat des parcelles, de l’assistance
aux membres éprouvés…….
Le juge président a reconnu que c’est le prévenu qui a donné des
béquilles au tribunal sur  ce dossier.
Complété par son avocat, le prévenu a précisé  que le trésorier est
la personne appropriée pour verser l’argent à la banque et une somme
de 200.000 francs était à sa portée pour faire face à certaines
préoccupations.
Photo à l’appui, Me Mafuta est revenu sur ce qui s’était passé au
service des Contentieux de la commune de Kimbanseke en 2015 où son
client avait été lavé de tout soupçon de détournement
En réalité, a-t-il poursuivi, Ingoso, Kabungu, Mboko avaient été
sommés de retourner à l’association, les sommes et biens perçus.
Contredisant Me Mafuta, les parties civiles ont mis en doute
l’existence de la parcelle évoquée par le prévenu.
Me Lungu est revenu à la charge pour demander le nom de la banque où
était logé l’argent de l’asbl, l’adresse de la parcelle achetée par le
prévenu……..
Un autre avocat de la partie civile a voulu savoir pourquoi le
prévenu n’a pas établi des bilans pour les années 2008 et 2009.
D’autres questions émanant du juge président, du ministère public,
ont porté sur les objectifs de l’association, la confirmation de 13
millions des francs perçus.
Le prévenu a soutenu avoir été incompris au début de son mandat et
commencé à élaborer des bilans plus tard. Et que l’argent était logé à
la Biac.  Et d’ajouter qu’ayant reçu mandat des membres de l’Assemblée
générale d’acheter une parcelle pour le compte de l’association,
Imbwembe et consorts avaient été désignés pour entreprendre des
démarches préliminaires sur ce dossier. Il a promis d’amener des
témoins pour confirmer ses propos.  Affirmant  plus loin que les
responsables des sections sont mieux placés pour l’attraire en justice
et non Imbwembe et consorts . Complétant son client, Me Mafuta a dit
que Lakla avait été créé pour apporter de l’assistance aux membres
démunis, distribuer des  vivres en fin d’année…..
Le coordinateur devrait initier des projets tout en requérant l’avis
des membres.
Le second round de l’instruction  et probablement la plaidoirie
interviendront  le 28 août 2017.

Jean-Pierre Nkutu