Tolérance zéro : 171 étrangers expulsés de la RD Congo

0
43

La seconde phase de la tolérance-zéro vient d’élargir son champ d’action. Après la traque des « Kuluna en cravate », ciblés comme détourneurs des deniers publics et auteurs d’abus de pouvoir ou des biens sociaux, elle est en train de toucher le secteur de l’immigration. Selon des sources dignes de foi, 171 étrangers ont expulsés hier du territoire congolais. L’on fait savoir que le contingent des indésirables comporte 8 Libanais et 163 Africains. On a repéré, dans le lot, un certain Ghassan, un homme d’affaires libanais qui s’est rendu célèbre avec une multitude de « coups montés et réussis » dans les domaines fonciers et immobiliers.

Les griefs à charge des intéressés se rapportent au séjour irrégulier, à la corruption, à la concussion, au trafic d’influence, au tripotage dans les marchés publics, à la fraude douanière et fiscale, au trafic frauduleux des matières précieuses, etc.

Les autorités congolaises, à travers la Direction Générale de Migration, a tenu à envoyer un message fort en direction tant des Congolais que des expatriés, dans un pays où plusieurs étrangers, dont des Libanais, passaient pour des « intouchables ». Il est principalement reprochés aux 8 membres de la communauté libanaise, indique-t-on, le séjour irrégulier ainsi que la magouille dans l’acquisition et l’exécution des marchés publics.
S’agissant des ressortissants africains frappés d’expulsion, ils figurent pour une écrasante majorité sur les fichiers d’étrangers en séjour irrégulier en territoire congolais. Certains étaient revenus d’Angola, d’où ils avaient été chassés il y a plusieurs mois. Au lieu de regagner leurs pays d’origine, ils ont préféré s’installer en RDC, dans l’intention non avouée d’attendre une nouvelle possibilité d’entrée clandestine en terre angolaise. D’autres, venus de leurs pays d’origine et en route pour l’Angola, étaient visiblement « en transit » sur le territoire congolais.

D’autres vagues d’expulsions, indique-t-on, sont en préparation, dans le respect strict de la réglementation relative au séjour des étrangers en RDC et des procédures judiciaires ou administratives légales en ce qui concerne les criminels économiques.

Kimp.

LEAVE A REPLY

*