Thambwe Mwamba confirme : le colonel John Tshibangu depuis hier à Kinshasa

0
217

Identifié formellement et arrêté depuis le 30 janvier 2018 à la frontière entre la Tanzanie et notre pays, le colonel John Tshibangu a été extradé par la Tanzanie vers la République Démocratique du Congo où il est arrivé hier lundi, 05 février 2018, dans l’avant-midi, à
Kinshasa. Cette information  a été livrée le même lundi à l’opinion publique par Alexis Thambwe Mwamba, ministre d’Etat, ministre de la Justice et Garde des Sceaux, à l’issue d’un point de presse organisé au Palais de Justice, dans la commune de la Gombe. En effet, ce membre
du gouvernement a rappelé que le Colonel John Tshibangu a été le Chef
D’Etat Major de la 4ème Région militaire à Kananga. Par la suite, il
s’est rebellé et a semé le désordre dans le Kasaï, avant les
événements de Kamuina N’Sapu. Il a lancé un ultimatum au Chef de
l’Etat pour qu’il quitte le pouvoir, sinon, il allait lui-même le
déloger militairement. Par la suite, il s’est enfui vers la République
Centrafricaine.

Revenant sur l’aspect judiciaire du dossier, Alexis Thambwe Mwamba a
signalé que le colonel John Tshibangu faisait l’objet d’un mandat
d’arrêt international qui avait été lancé depuis 2014 par les
autorités judiciaires congolais. C’est ce qui explique son arrestation
à la frontière entre les deux pays par la Tanzanie le 30 janvier
dernier et son extradition, conformément au Protocole d’accord
d’extradition entre les Etats de la Région des Grands Lacs. Le
ministre de la Justice a tenu à souligner que l’incriminé aura droit à
un procès public et équitable. En outre, il pourra s’offrir tous les
avocats nationaux et étrangers qu’il voudra et les membres de sa
famille et ses amis pourront facilement le visiter. Dans le cas où il
n’aura pas les moyens nécessaires, il aura droit à l’assistance
d’avocats pro-deo à fournir par les Barreaux de Kinshasa/Gombe et
Kinshasa/Matete.
Alexis Thambwe Mwamba a aussi annoncé l’arrestation d’un autre soldat
rebelle dans la localité de Bosobolo, en (RDC). Il s’agit du Capitaine
Freddy Ibeba, un collaborateur de John Tshibangu. Ce dernier avait
aussi fui en République Centrafricaine où, selon le ministre, il
aurait joué un rôle dans le mouvement Seleka, avant de revenir en RDC
où il a été arrêté et sera aussi acheminé à Kinshasa pour un procès
équitable.

Une cavale qui aura duré six ans

En parcourant le dossier de John Tshibangu, on découvre que cette
arrestation signe la fin d’une cavale qui aura duré près de six ans.
Après l’annonce fracassante de sa désertion de l’armée congolaise à la
mi-août 2012, le Colonel John Tshibangu était devenu l’un des hommes
les plus recherchés en RDC ; d’autant que cet ancien chef d’état-major
adjoint dans le Kasaï ne cachait pas ses intentions de vouloir «
chasser » le président Joseph Kabila par les armes. Le 18 janvier
dernier, John Tshibangu s’était de nouveau fait remarquer avec la
diffusion sur les réseaux sociaux d’une vidéo dans laquelle il donnait
un ultimatum de 45 jours à Joseph Kabila pour quitter le pouvoir.
Mais onze jours plus tard, l’ex-officier a été arrêté à l’aéroport de
Dar-es-Salaam, en Tanzanie où, selon ses proches, il s’était rendu
pour une mission privée en provenance de Naïrobi. Actuellement, avec
cette arrestation, ils disent « craindre pour sa vie ». A son arrivée
à Kinshasa, il aurait été sommairement auditionné par les services
spécialisés.
SAKAZ
COMMUNIQUE DU FRONT DU PEUPLE POUR
LE CHANGEMENT ET LA DEMOCRATIE
La direction du Front  du Peuple pour le Changement et la Démocratie(
FPCD) informe avec consternation  l’opinion nationale et
internationale  l’extradition  depuis ce matin du lundi 05/02/2018 de
son commandant en chef , le Lieutenant-Général John Tshibangu Bonso Ba
Muswa vers la RDC . Le Lieutenant-Général John Tshibangu était détenu
depuis une semaine dans les locaux de l’Etat Major général de l’armée
tanzanienne.
Aussi, à ce stade des événements et craignant pour sa sécurité,  la
direction  du FPCD exige du gouvernement congolais de présenter le
Lieutenant-Général John Tshibangu vivant devant la presse tant
nationale qu’internationale et devant les associations des droits de
l’homme.
Nous exigeons à l’Etat congolais de garantir son integrité physique
et demandons qu’il soit gardé dans un lieu sûr, où sa sécurité sera
assurée et d’organiser un  procès que nous voulons juste et équitable.
Nous appelons toutes les organisations de droits de l’homme et les
medias du monde entier à faire large diffusion de ce message, afin de
sensibiliser l’opinion tant nationale qu’internationale sur la
situation du Lieutenant-Général John Tshibangu, afin que le
gouvernement de Kinshasa ne puisse attenter à sa vie.
La lutte continue.
Victoire au peuple congolais.

Fait à Dar-Es-Salam
Le 05/02/2018
Pour la Direction du FPCD
Thierry KYALUMBA KABONGA
Directeur de cabinet  du Président