TGI/Matete : elle réclame 50.000$ à son mari pour injures et menaces de mort

0
361

 Mme Rebecca MBOMBO est en procès contre son mari, Bavon KABUYA, pour l’avoir menacée de mort avec arme et poison et l’avoir insultée, de même que son pasteur, Amis MUANA NGOY. Cette action était introduite au TGI de Matete depuis le 06 mars 2010 sous RP 3378. Hier à l’appel de la cause, les deux parties ont comparu assistées de leurs conseils. Selon Bavon Kabuya, le mari, qui a pris le premier la parole, sa femme avait pris elle-même des médicaments dans l’intention de se tuer. Quand il a vu cela, il est allé à son secours en lui donnant du miel, du lait, et de l’huile de palme. Après que sa femme Mbombo ait bu, elle a retrouvé sa bonne santé 3 jours après. Toute fois, Bavon affirme l’avoir amenée à l’hôpital Bondeko pour un contrôle d’usage. Quant aux menaces de mort, il a nié avoir les avoir proférées.

 

 Mbombo Rebecca, à son tour, a persisté et signé qu’elle avait reçu des coups jusqu’à ce qu’elle se retrouve avec des hématomes, en présence de Felly Kadima, le frère de son mari, Gérard, le chauffeur, Mme Lubota, Serge, Christine et ses travailleurs. La citante affirme qu’elle avait été tabassée dans la nuit du 31 mai 2010. En outre, Bavon Kabuya  lui avait présenté des comprimés non identifiés et l’avait obligée de les prendre. Après les avoir pris, elle était restée dans le coma pendant 3 jours. C’est ainsi que le 3ème jour, Bavon Kabuya avait dû l’amener à l’hôpital Bondeko pour des soins. Elle était arrivée inconsciente à l’hôpital. Elle ne s’était ressaisie qu’après 1 heure. Elle a ajouté que pendant la dispute, son mari l’avait entraînée dans la salle de bain et sorti son arme pour la tuer. Elle s’était enfuie au salon. C’est là qu’il s’était mis à lui donner des coups sans contrôle et à l’insulter. Il a même soutenu qu’elle avait commis l’adultère avec son pasteur, Amisi Muana Ngoy et un photographe. Après sa sortie de l’hôpital, il l’avait chassée de sa maison, sans ses effets. Il avait confisqué toutes ses 6 valises. Elle a relevé encore que son mari conteste  la paternité de leurs jumelles qui ont 3 ans maintenant et pourtant c’est lui son mari. Elle a juré qu’elle n’a jamais connu d’autre homme. C’est ainsi qu’elle demande 50.000$ à titre de dommages et intérêts pour tous les préjudices lui causés.
 Pour sa part, l’officier du ministère public a exigé une descente à l’hôpital Bondeko et à la résidence de Kabuya pour interroger les travailleurs et tout celui qui était présent le jour des faits. Tous les témoins sont attendus à l’audience prochaine.            Anto Matempu T.

 

 

 

 

LEAVE A REPLY

*