TGI/Gombe ! une passagère accuse SAA

0
34

Mlle Natacha Jushiko a initié une plainte contre la compagnie aérienne SAA (South Africa Airways) au Tribunal de Grande Instance de la Gombe, sous RC 103.351. Elle reproche à cette dernière la mauvaise foi vis-à-vis ses passagers. Lors de l’audience du mercredi 10 novembre 2010, son avocat a retracé, à l’intention des juges, le film du contentieux existant entre sa cliente et SAA. Il a ainsi rappelé que Natacha avait perdu son colis lors de son voyage Johannesburg-Kinshasa, à bord d’un appareil de SAA. Ce colis était constitué d’une marchandise de grande valeur qu’elle se proposait de vendre dès son retour à Kinshasa. Elle avait à cet effet déposé une réclamation en bonne et due forme et proposé à la SAA un dédommagement à la hauteur de la valeur de son colis perdu. Hélas, cette société ne reconnaissait pas avoir égaré la marchandise de Mlle Natacha et refusait d’endosser une quelconque responsabilité pour sa perte. 

            Selon l’avocat de la plaignante, cette dernière avait communiqué à la SAA toutes les pièces et correspondances en rapport avec le contentieux, sans la moindre contestation de sa part. Le hic se situait au niveau du refus de paiement. La même source a indiqué que le billet avait été vendu par voie d’Internet. Compte tenu de la mauvaise foi de SAA, a dit son avocat, Mlle Natacha s’est trouvée dans l’obligation de saisir la justice. Elle réclame, pour le préjudice subi, le remboursement de son billet et des frais de bagages à concurrence  de 1.415,90 dollars Usd ainsi que des dommages-intérêts de l’ordre de 100.000 dollars américains.

            Appelé à s’expliquer devant la barre, l’avocat de SAA a commencé par souligner que celle-ci est une compagnie aérienne très sérieuse et très bien organisée. Dès qu’un colis est enregistré à la pesée, on lui colle un coupon dont une copie est annexée au titre de voyage. Pour le cas d’espèce, Mlle Natacha n’a jamais présenté son billet avec coupon pouvant permettre d’identifier son bagage ou colis. D’où, sa réclamation est sans objet, puisque ne reposant sur aucune preuve pouvant démontrer qu’elle avait embarqué son colis sur un vol SAA Jobourg-Kinshasa. A son tour, la SAA exige des dommages-intérêts de 50.000 dollars Us pour l’atteinte à son image de marque.

Le tribunal a clos les débats et promis de se prononcer dans le délai légal.

                                                                                              Muriel Kadima

LEAVE A REPLY

*