TGI/Gombe : Olangi payera t-il 50.000 ou 140.000 $ à Magbunduku ?

0
197

Une audience publique portant sur l’extorsion de signature, faux en écriture et usage de faux, inscrite sous R P 20.494, s’est tenue le lundi 3 octobre 2011, dans la chambre I du Tribunal de Grande Instance de la Gombe. Cette affaire opposant Paul David Olangi, homme d’affaires de son état, à Jean-Donatien Magbunduku, ingénieur civil, est remise à 3 semaines pour l’audition des témoins et du plaignant.

En ce qui concerne l’extorsion de signature, l’avocat du plaignant, Paul David Olangi, a indiqué que, le prévenu précité avait donné un prêt de 50.000 dollars à son client, en date du 15 février 2011, et ce montant devrait être remboursé après trois mois. Mais le jour où son client s’était rendu au bureau de ce dernier pour percevoir cet argent, il l’avait contraint de signer une décharge fausse attestant que le prêt était de 140.000 dollars, alors qu’il ne lui avait remis que 50.000$. Son client se trouvant dans un état de faiblesse, avait signé. Il lui avait dit « signature ou rien ». Il a ajouté que son client avait emprunté cet argent pour résoudre un problème sur la passation de marché public où il devrait gagner plus de deux millions de dollars.

Etant dans la difficulté de trouver l’argent demandé pour remplir les conditions requises, avait contacté le cité, par le canal de son avocat nommé Valentin qui était aussi l’avocat du prévenu. En ce qui concerne le faux, le même conseil a signalé que cette plainte initiée par son client porte également sur une fausse adresse, communiquée par le prévenu lors de sa comparution devant le Tribunal de Paix de Ngaliema , en date du 29 avril 2011. Il était poursuivi d’usure. Il avait déclaré devant cette juridiction qu’il résidait sur l’avenue Mont des arts n° 3, alors qu’il est au numéro 12. Pour l’usage de faux, il a affirmé que le prévenu tout en sachant que la décharge était fausse, en avait fait son usage devant le Tribunal de Grande Instance de la Gombe, lorsqu’il avait porté plainte contre le citant Olangi, sous RC 104.274, pour non remboursement de dette.

En réplique, le cité a soutenu qu’il avait remis 140.000 dollars au plaignant et non 5O.000$ comme soultenu dans le camp adverse. Et c’était sans intérêt. Il avait pleinement confiance en lui parce qu’il lui avait parlé de beaux projets qu’il devait élaborer, et surtout qu’il était conduit par son ex- avocat Valentin. Mais arrivé le jour-j, il lui avait présenté 50.000 dollars au lieu de 140.000 dollars. C’est pourquoi il avait saisi le TGI/ Gombe, pour rentrer dans ses droits, et avait refusé cette somme. Il a expliqué qu’il n’a jamais utilisé la violence pour obtenir la signature du citant. Ce dernier a signé consciemment ladite décharge. L’avocat du cité a demandé au tribunal de surseoir cette action en attendant que le civil soit vidé. « Ce prêt a été convenu depuis

Muriel Kadima

LEAVE A REPLY

*